Zinc – un oligo-élément vital

Le zinc joue un rôle important pour un système immunitaire fort et dans la production d’énergie. Il est également impliqué dans la formation des hormones thyroïdiennes et sexuelles, favorise le développement musculaire, favorise la cicatrisation des plaies et prévient la chute des cheveux.

La carence en zinc peut entraîner une baisse de performance, une diminution de la libido et une susceptibilité accrue aux infections.

Le zinc est l’un des oligo-éléments vitaux qui doivent être apportés quotidiennement à l’organisme.

Le minéral est impliqué dans de nombreux processus métaboliques. Par exemple, le zinc joue un rôle important dans les processus de croissance de l’organisme et dans le renforcement du système immunitaire.

Après le fer, le zinc est l’oligo-élément le plus fréquemment présent dans l’organisme. Afin d’éviter une carence en zinc, il est important d’assurer régulièrement un approvisionnement adéquat. Par exemple, les athlètes et les femmes enceintes ou allaitantes ont besoin de plus de zinc.

élément zinc fragment pierre

Qu’est-ce que le zinc ?

  • Le zinc ne peut pas être produit par le corps lui-même et doit être fourni à l’organisme.
  • Le zinc est requis par de nombreuses enzymes.
  • Le zinc se trouve en particulier dans les muscles et dans la peau, les yeux, le foie et les os.
  • Le zinc se trouve dans la nature, par exemple, dans les roches ou dans l’eau.

Effets du Zinc

Le zinc a tellement de bienfaits pour la santé qu’il est presque impossible de les décrire tous ici. Le zinc est important pour l’immunité, la réduction de l’inflammation, en tant qu’antioxydant, la fonction cognitive et beaucoup plus !

Le zinc est un minéral essentiel que l’on retrouve dans tous les organes, tissus et fluides de l’organisme.

En tant que deuxième oligo-élément le plus abondant dans l’organisme après le fer, le zinc joue un rôle décisif dans un grand nombre de processus biologiques. Elle joue un rôle particulier dans la production d’énergie et dans le développement de nouveaux tissus ainsi que dans la construction musculaire. Le zinc embellit la peau et renforce les os, les cheveux et les ongles.

Le zinc est nécessaire à l’action de plus de 300 enzymes impliquées dans la synthèse et le métabolisme des glucides, graisses, protéines, acides nucléiques et autres micronutriments.

Le zinc favorise la cicatrisation des plaies et a également un effet anti-inflammatoire. Un autre effet positif du minéral est le renforcement du système immunitaire. Elle est indispensable à la formation des globules blancs et est contenue dans la thyroïde et les hormones sexuelles (p. ex. testostérone) ainsi que dans l’insuline.

Le zinc joue également un rôle dans la stabilisation des structures des cellules et des organes, la fonction immunitaire, la division cellulaire, la croissance, la coagulation sanguine, la fonction thyroïdienne, la vision, le goût et l’odorat[1].

Le zinc est consommé en permanence et nécessite une consommation régulière par l’alimentation.

Parce que le zinc joue un rôle crucial dans le système immunitaire, la carence en zinc contribue de manière significative au fardeau mondial des maladies et constitue donc un important problème de santé publique[2].

Les groupes à risque de carence en zinc comprennent les personnes souffrant d’indigestion, les végétariens, les femmes enceintes et allaitantes, les alcooliques et les personnes atteintes de drépanocytose[3].

 

Le zinc est recommandé pour

  • une augmentation de la demande de zinc pour les athlètes de compétition
  • régime alimentaire déséquilibré ou à faible teneur en zinc (p. ex. exclusivement végétalien ou végétalien)
  • un système immunitaire affaibli ou des infections chroniques et aiguës
  • Problèmes de peau (y compris allergies, acné, névrodermite)
  • l’augmentation des pertes en zinc, par exemple en cas de diarrhée sévère
  • pendant la grossesse et l’allaitement

Quels aliments contiennent du zinc ?

Les bonnes sources de zinc comprennent la viande rouge, les fruits de mer (surtout les huîtres), les produits laitiers, les noix, les légumineuses et les produits complets. Cependant, le zinc est plus facilement absorbé par la viande et les autres protéines animales.

Certains fromages sont également de bons fournisseurs de zinc. Dans le domaine des aliments d’origine végétale, les céréales complètes, les flocons d’avoine et les légumineuses comme les lentilles ou les pois soutiennent l’approvisionnement en zinc de l’organisme. La plupart des noix sont également considérées comme riches en zinc.

Malheureusement, les légumes, les céréales et les noix ne sont pas une source idéale parce qu’ils contiennent du phytate, un composé dans les plantes qui empêche l’absorption optimale du zinc[4].

aliments contenant naturellement du zinc

Comment se manifeste une carence en zinc ?

Aucune autre substance ne peut remplacer le zinc dans l’organisme humain. Si un approvisionnement suffisant n’est pas garanti régulièrement, une carence en zinc peut survenir.

Les symptômes suivants peuvent survenir, par exemple :

  • fatigue, manque de motivation
  • Manque de concentration, difficultés d’apprentissage
  • Sensibilité accrue aux infections
  • Mauvaise cicatrisation
  • Changements inflammatoires de la peau
  • la perte de cheveux, l’amincissement des cheveux
  • Ongles fragiles, taches blanches sur les ongles.
  • un ralentissement de la croissance
  • Diminution de l’intérêt sexuel
  • troubles sensoriels

Apport et utilisation du zinc

Parfois, même avec une alimentation variée, les besoins quotidiens en zinc ne peuvent pas être couverts suffisamment. Normalement, les hommes ont besoin de 9-10 mg, tandis que les femmes ont besoin d’environ 7 mg de zinc par jour.

Pour les personnes présentant une carence en zinc ou un besoin accru en zinc, les compléments alimentaires sous forme de comprimés de zinc ou de capsules de zinc peuvent apporter un soutien significatif à l’approvisionnement du corps humain en zinc.

Pour qui le zinc est-il particulièrement important ?

  • athlète
  • Personnes souffrant d’une carence en zinc
  • Personnes ayant des problèmes de peau
  • Femmes enceintes et allaitantes
  • Les personnes dont le système immunitaire est affaibli.
  • Les personnes qui ont des besoins accrus en zinc en raison de la prise de médicaments.
  • Végétariens et végétariens

Le zinc augmente l’immunité et réduit le risque d’infection.

Le zinc est essentiel au développement normal et à la fonction de nombreuses cellules immunitaires[5] En raison du rôle critique que joue le zinc dans le système immunitaire, même une carence en zinc légère peut altérer la fonction immunitaire et augmenter le risque d’infection bactérienne, virale et parasitaire[6].

Dans les conditions cliniques associées à l’immunodéficience (p. ex. drépanocytose, infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), syndrome de Down et chez les patients plus âgés), la supplémentation en zinc peut rétablir l’activité naturelle des cellules tueuses, la production de lymphocytes et la résistance aux infections[7][8][8].

Des études sur des patients séropositifs ayant un faible taux de zinc dans le sang montrent qu’une supplémentation permanente en zinc est associée à une diminution des infections opportunistes et à une réduction du risque d’échec immunologique[9][10] Cependant, le supplément doit être utilisé avec prudence car un excès de zinc peut aggraver les symptômes[11][12][12].

Les personnes atteintes d’acrodermatite entéropathique (syndrome héréditaire de carence en zinc, un trouble génétique qui affecte l’absorption du zinc) connaissent des taux d’infection élevés. L’ajout de zinc à des doses thérapeutiques conduit à un rétablissement complet[13].

De nombreuses études ont montré que l’administration de zinc chez les nourrissons et les enfants dans les pays en développement réduisait la durée, la gravité et la fréquence des diarrhées aiguës et chroniques, des infections aiguës des voies respiratoires inférieures et du paludisme[14][15][15].

Des effets utiles similaires ont été signalés pour d’autres maladies infectieuses chez l’homme, notamment la shigellose, la lèpre, la tuberculose, la leishmaniose, l’hépatite C et le rhume (en augmentant le nombre de cytokines Th1)[16][17][17].

D’autre part, des niveaux excessifs de zinc peuvent supprimer l’immunité. Une étude chez de jeunes hommes en bonne santé a montré que des doses élevées de zinc réduisaient plusieurs fonctions immunitaires, y compris l’activation des lymphocytes et la phagocytose des neutrophiles[18].

Le zinc agit comme antioxydant.

Une étude chez des personnes âgées a montré qu’une supplémentation en zinc pouvait réduire les peroxydes de graisse dans le sang[19].

Dans une autre étude, le zinc a réduit les fractures de l’ADN chez les femmes. Les fractures de l’ADN sont couramment utilisées comme marqueurs paramétriques pour déterminer la quantité de lésions induites par le stress oxydatif[20].

Le zinc a également été capable de ramener à des niveaux normaux les capteurs de radicaux superoxyde chez les spermatozoïdes des hommes souffrant d’asthénospermie (faible mobilité des spermatozoïdes)[21].

De plus, le zinc a protégé les souris contre le stress oxydatif induit par les radiations[22].

La supplémentation en zinc a montré une efficacité supplémentaire dans le traitement de la maladie de Wilson, un trouble dans lequel le cuivre s’accumule dans les tissus[23].

Le zinc aide également à prévenir la mort des cellules de la peau due au stress oxydatif et aux toxines bactériennes[24][25][25].

Le zinc contrôle l’inflammation

Le zinc inhibe la production de nombreuses cytokines inflammatoires en inhibant la NF-kB[5].

Des études chez les personnes âgées (souvent atteintes d’une carence en zinc) montrent que le zinc supprime l’inflammation en abaissant les cytokines et autres marqueurs inflammatoires[26][27][27].

Le zinc est également efficace dans une variété de conditions inflammatoires, y compris le syndrome du côlon irritable, l’acné et l’asthme. [28] [29]

Dans un modèle murin âgé, la supplémentation en zinc a permis de réduire l’augmentation des marqueurs inflammatoires liée à l’âge.

Le zinc peut prévenir le rejet des greffons et l’auto-immunité.

De nombreuses études montrent que le zinc peut supprimer les réactions immunitaires indésirables (par exemple l’auto-immunité et le rejet des greffes) en induisant des lymphocytes T régulateurs[30][31][31].

Une étude chez des hommes en bonne santé a révélé que le zinc pourrait réduire le taux de rejet des greffons tout en protégeant l’organisme contre les infections résultant de la suppression du système immunitaire.

Dans les modèles murins de sclérose en plaques et d’arthrite, le zinc a amélioré les symptômes de la maladie en réduisant l’inflammation, en supprimant la prolifération des lymphocytes T et en augmentant les lymphocytes T régulateurs[32][33][33][34][34].

Dans les cultures mixtes de lymphocytes, les lymphocytes T régulateurs induits par le zinc ont contribué à réduire le rejet des greffons en réduisant les cytokines inflammatoires et la prolifération des lymphocytes T.

De même, le zinc a réduit le rejet des greffons cardiaques chez les modèles murins en empêchant la mort du tissu greffé (en inhibant la caspase-3)[35].

Chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, des changements positifs ont été observés dans l’enflure articulaire, la raideur matinale et le temps de marche après le traitement au zinc[36][37][38][38].

Le zinc combat l’allergie et l’asthme

En réponse au pollen de graminées, un allergène qui est une cause majeure de rhinite allergique dans de nombreuses régions du monde, le zinc a augmenté les lymphocytes T régulateurs et réduit la prolifération des cellules sanguines mononucléaires périphériques (PBMC) isolées des sujets allergiques[39].

De faibles niveaux de zinc dans le sang sont associés à de graves symptômes d’asthme chez les enfants[40].

Une étude a montré qu’une supplémentation en zinc améliorait les symptômes (toux, respiration sifflante et essoufflement) chez les enfants asthmatiques.

Le zinc pourrait également réduire l’inflammation respiratoire et l’hyperréactivité dans les modèles murins d’inflammation allergique et d’asthme[27][41][41].

Chez les souris sensibles aux allergènes, le zinc a été capable d’inhiber la mort des cellules épithéliales respiratoires (en inhibant la caspase-3).

Le zinc améliore la cicatrisation et la réparation des tissus.

Le zinc a amélioré la réparation des ulcères cutanés chez les diabétiques[42] La carence en zinc est également associée à une cicatrisation tardive[43].

Des études chez l’animal et l’homme montrent que l’administration de zinc peut accélérer le processus de guérison après des opérations, des brûlures et d’autres blessures.

En application topique, l’oxyde de zinc a amélioré la cicatrisation des plaies d’excision chez le rat.

Le zinc renforce la cognition (processus mentaux) et protège les neurones.

La supplémentation en zinc a amélioré la récupération cognitive chez les personnes déficientes en zinc qui ont subi un AVC ischémique[44].

Une étude en double aveugle chez les enfants a montré que la supplémentation en zinc conduisait à des performances neuropsychologiques supérieures, notamment en termes d’attention et de capacité de raisonnement par rapport aux témoins[45][46][46].

Une étude randomisée a montré que la supplémentation en zinc chez les nourrissons et les jeunes enfants a entraîné une augmentation de l’activité, du développement mental et de la qualité motrice[47][48][48].

Chez les patients âgés atteints de la maladie d’Alzheimer, la thérapie au zinc protégeait contre le déclin cognitif en abaissant les niveaux de cuivre libre dans le sang qui sont toxiques pour le cerveau[49][50][50].

De nombreuses études animales montrent que le zinc est neuroprotecteur en concentrations modérées et aide à maintenir les fonctions d’apprentissage et de mémoire[51][52][52].

Dans un modèle murin de la maladie d’Alzheimer, la supplémentation en zinc a réduit les facteurs pathologiques associés à la progression de la maladie (p. ex. β charge en protéines amyloïde et tau) et amélioré la fonction mitochondriale et le facteur de croissance BDNF (facteur neurotrophique dérivé du cerveau) dans l’hippocampe.

Une autre étude a montré que la supplémentation maternelle en zinc améliorait l’apprentissage spatial et la mémoire chez les chiots de rats.

Une étude a révélé que des doses modérées de zinc (12 mg/kg) prolongeaient la survie chez un modèle murin de la SLA (53).

Le zinc peut traiter les troubles psychiatriques

Une étude chez des patients atteints d’un trouble obsessionnel-compulsif obsessionnel-compulsif de Yale-Brown a montré que l’ajout de zinc à la fluoxétine pouvait réduire les symptômes (selon l’échelle Yale-Brown Obsessive Compulsive Scale)[54] Comme le zinc peut supprimer la libération de glutamate et la transmission, il peut avoir amélioré les symptômes du TOC[55].

Une étude a révélé qu’en combinaison avec une supplémentation en méthylphénidate (un stimulant du SNC) avec du zinc réduit l’hyperactivité et l’impulsivité chez les enfants atteints de TDAH[56][57][57].

Une étude chez des hommes schizophrènes a révélé que le zinc en association avec la rispéridone améliorait de nombreux symptômes associés à ce trouble (p. ex. agressivité, hallucinations et délires). Cet effet est en partie attribué aux propriétés antioxydantes et antidépressives du zinc[58].

Le zinc pourrait aider dans le traitement de l’autisme

Une étude a révélé que les personnes autistes ont des niveaux de zinc inférieurs à ceux des personnes non autistes. Dans l’étude, la gravité des symptômes autistiques (conscience, hyperactivité, langage du receveur, concentration et attention, contact visuel, fluage, sensibilité au son, sensibilité tactile et crises d’épilepsie) a diminué après un traitement au zinc et à la vitamine B6[59].

Des études ont montré que le traitement prénatal au zinc empêchait les comportements autistiques (p. ex. déficits sociaux induits, comportement répétitif et inflexibilité cognitive) chez la progéniture des rats, ce qui suggère un lien possible entre la carence en zinc et le développement de l’autisme[60].

Une étude récente a montré que le zinc inverse les changements des cellules cérébrales dus à l’autisme : ” Nos travaux montrent que même les cellules porteuses de changements génétiques associés à l’autisme peuvent réagir au zinc.

“Notre recherche est centrée sur la protéine Shank3, qui a été localisée dans les synapses du cerveau et est associée à des troubles neurodéveloppementaux tels que l’autisme et la schizophrénie. “Les patients humains présentant des altérations génétiques dans Shank3 présentent des déficits profonds de communication et de comportement. Dans cette étude, nous montrons que Shank3 est un élément clé d’un système de signalisation sensible au zinc qui régule la façon dont les cellules du cerveau communiquent”.

“Il est fascinant de voir comment les changements induits par l’autisme dans le gène Shank3 affectent la communication entre les cellules du cerveau “, a déclaré le Dr Montgomery. “Ces changements génétiques dans Shank3 n’altèrent pas la capacité à répondre au zinc.”

“Par conséquent, nous avons montré que le zinc peut augmenter la communication entre les cellules cérébrales affaiblies par les changements induits par l’autisme dans Shank3.”

“Les troubles de la régulation du zinc dans l’organisme peuvent non seulement altérer l’effet des synapses dans le cerveau, mais aussi entraîner des troubles cognitifs et comportementaux chez les patients atteints de maladies psychiatriques.

“Avec nos résultats, les données suggèrent que des facteurs environnementaux/nutritionnels tels que les changements dans la teneur en zinc peuvent altérer le système de signalisation de cette protéine et réduire sa capacité à réguler la fonction des cellules nerveuses dans le cerveau “, dit-elle.

Le zinc réduit le stress et améliore l’humeur.

La supplémentation en zinc a démontré son efficacité dans le traitement des troubles de l’humeur (p. ex. dépression et anxiété) en clinique et dans des modèles animaux[61][62][62].

Le zinc augmente également les niveaux de facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF), qui sont faibles chez les personnes souffrant de dépression. Une étude a révélé que la thérapie au zinc était capable d’améliorer l’humeur générale chez les sujets en surpoids, peut-être en augmentant les niveaux de BDNF[63].

Le zinc contrôle la mort cellulaire

Les concentrations intracellulaires élevées et faibles de zinc déclenchent l’apoptose (une forme de mort cellulaire programmée) dans de nombreux types de cellules[64][65][65].

Le zinc peut prévenir le cancer

La carence en zinc augmente considérablement le risque de cancer de la bouche, de l’œsophage et de l’estomac. Les tissus du tractus digestif sont plus sensibles à une exposition élevée aux toxines externes[66].

De faibles niveaux de zinc dans le sang sont également associés à la tête, au cou, aux poumons, à la vésicule biliaire, à la prostate et au cancer de l’ovaire[67] La restauration des niveaux de zinc peut améliorer la fonction naturelle des cellules tueuses, ce qui est essentiel pour tuer les cellules tumorales[68][69][69].

Le zinc peut également bloquer la croissance tumorale en réduisant l’absorption de glucose, en empêchant la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins et en induisant la mort cellulaire dans les cellules cancéreuses des animaux et des humains[70][71][71][72][73][73].

Le zinc est antimicrobien.

A fortes doses, le zinc inhibe la croissance de plusieurs types de bactéries, en particulier les organismes à Gram positif[74].

Le zinc a montré des effets antibactériens contre les organismes aérobies et anaérobies dans les canaux radiculaires[75].

Le zinc a également inhibé le dépôt et la croissance de Staphylococcus aureus (S.aureus) dans le tissu cutané[76].

Le zinc a également des effets antimicrobiens contre la flore habituelle des plaies chez le rat[77].

Le zinc peut traiter l’épilepsie et prévenir les crises d’épilepsie.

Plusieurs études ont fait état d’une diminution significative des niveaux de zinc dans le sang des patients atteints d’épilepsie persistante[78][79][79].

Une étude chez des enfants épileptiques a montré que le traitement au zinc réduisait significativement la fréquence des crises chez 31% des enfants traités[80].

La supplémentation en zinc pourrait également prolonger la latence (une période entre les crises) des crises fébriles chez le rat[81].

Le zinc favorise la croissance

Dans un certain nombre d’études, la supplémentation en zinc a montré des effets positifs significatifs dans la mesure de la taille et du poids des enfants, en particulier les enfants présentant une insuffisance pondérale et les enfants dont la croissance est atrophiée[82][83][83].

Une analyse des études sur la croissance chez les enfants a montré qu’une dose de 10 mg de zinc par jour pendant 24 semaines a entraîné une augmentation nette d’environ 0,37 cm (en taille) chez les enfants recevant des suppléments de zinc par rapport aux enfants traités par placebo[84].

Le zinc augmente également la masse musculaire chez les enfants[85].

Le zinc protège l’intestin.

La supplémentation en zinc a un effet protecteur sur la muqueuse intestinale des modèles animaux et de l’homme dans une variété de maladies gastro-intestinales (par exemple, maladies inflammatoires intestinales, cancer, toxicité de l’alcool et colite)[86].

Le zinc a stabilisé la muqueuse intestinale et réduit les blessures à l’estomac et à l’intestin grêle en améliorant les processus de réparation intestinale chez le rat et la souris.

Le zinc protégeait également la muqueuse intestinale des dommages liés à l’alcool chez le rat et la souris[87].

Le zinc peut prévenir la perméabilité intestinale, ce qui peut réduire le risque de maladie intestinale inflammatoire[88][89][89][90].

Une étude chez des patients atteints de dyspepsie a révélé que l’inflammation du cancer gastrique induit par H. pylori était corrélée négativement avec la concentration de zinc, ce qui suggère que le zinc peut réduire le risque de cancer gastrique en supprimant la gastrite[91].

du zinc dans la nourriture

Le zinc améliore la qualité du sommeil

Les femmes et les enfants dont la concentration de zinc dans le sang est plus élevée ont une meilleure qualité de sommeil[92] Une étude chez les nourrissons a montré que la supplémentation en zinc pouvait prolonger la durée du sommeil.

Le zinc stimule l’appétit et pourrait traiter l’anorexie.

L’un des premiers signes de carence en zinc est la perte d’appétit[93].

Une étude chez le rat a montré qu’une supplémentation orale en zinc était capable de stimuler drastiquement la prise alimentaire (en augmentant l’orexine et le neuropeptide Y).

Des études cliniques chez des patients atteints d’anorexie nerveuse (AN) montrent un lien significatif entre la maladie et de faibles niveaux de zinc dans le sang[94][95][95].

De nombreuses études avec supplémentation orale en zinc ont rapporté une augmentation du gain de poids, de la masse musculaire, de l’appétit, de la sensibilité gustative et de l’apport alimentaire chez les patients AN[96][97][98][97][98].

Le zinc favorise la santé de la peau.

Il a été démontré que le zinc est bénéfique pour une variété d’affections cutanées (p. ex. acné, verrues, rosacée, eczéma, psoriasis, mélasme et pellicules)[13].

Chez les personnes atteintes d’acné vulgaire, les groupes recevant du zinc comme supplément alimentaire ont montré une amélioration significative des symptômes par rapport aux groupes placebo[99][100][100].

Des études cliniques chez des patients atteints de verrues virales ont mené à un diagnostic complet de verrues chez la majorité des personnes traitées au zinc[101][102][102].

Le zinc est également efficace dans le traitement de l’herpès génital (verrues génitales causées par le virus de l’herpès simplex (HSV) 1 et 2)[103].

Une étude chez des personnes atteintes de rosacée (une maladie inflammatoire chronique caractérisée par des bouffées vasomotrices, de petits vaisseaux sanguins et des bosses rouges sur le visage) a montré que le zinc oral pouvait réduire les symptômes[104].

Le supplément de zinc montre une efficacité similaire dans le traitement d’autres maladies inflammatoires de la peau telles que le psoriasis et l’eczéma, probablement en raison des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes du zinc[105].

Le zinc peut également traiter l’eczéma séborrhéique (pellicules). Des études montrent que les shampooings contenant du zinc peuvent réduire significativement l’entartrage et l’inflammation associée aux pellicules[106].

Melasma est un désordre de pigment de peau qui cause la décoloration de la peau brune. Le traitement au zinc a réduit la gravité de cette maladie chez les patients atteints avec un minimum d’effets secondaires[107].

Le zinc protège également contre les dommages causés par le soleil à la peau, ce qui peut causer le vieillissement de la peau et le cancer. Une étude humaine a montré que la supplémentation orale en zinc était meilleure que l’oxyde de titane pour la protection contre les rayons UV[108].

Le zinc peut prévenir la chute des cheveux

Dans une étude clinique, le zinc topique a amélioré la croissance des cheveux chez les hommes chauves. On soupçonnait que les effets antimicrobiens, anti-inflammatoires, antioxydants et anti-androgènes du zinc sur le cuir chevelu étaient potentiellement impliqués dans la force de la densité capillaire[109][110][111][111][112].

Une autre étude chez des femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) a montré que la supplémentation en zinc avait des effets positifs sur un certain nombre de symptômes, dont l’alopécie (perte de cheveux)[113].

Le traitement au zinc a également inversé la chute des cheveux chez les patients qui ont subi une gastroplastie verticale (agrafage de l’estomac), une intervention chirurgicale qui peut entraîner une carence en zinc[114].

Le zinc peut améliorer les symptômes des maladies rénales.

Le rétablissement des taux de zinc dans les maladies rénales chroniques pendant l’hémodialyse peut améliorer la fonction rénale globale et réduire de nombreuses complications associées à la maladie (p. ex. cardiopathie, anémie, infection et dysfonction sexuelle) en réduisant l’inflammation, le stress oxydatif et le cholestérol en augmentant l’hémoglobine, les hormones sexuelles (c.-à-d. la testostérone et la LH) et la fonction immunitaire[115][116][117][118][119][119][119].

Le zinc protège le foie

La supplémentation en zinc dans les modèles animaux de maladie alcoolique du foie (ALD) protégeait le foie en bloquant la plupart des mécanismes de lésion hépatique (p. ex. perméabilité intestinale, endotoxémie, stress oxydatif, production excessive de cytokines inflammatoires et mort des cellules hépatiques)[120][121][121].

Chez les patients atteints de cirrhose non alcoolique, la supplémentation en zinc a amélioré la fonction hépatique et empêché l’accumulation excessive de cuivre, ce qui peut endommager le(s) foie(s). Le zinc a également amélioré les résultats des patients atteints d’hépatite C qui, si elle n’est pas traitée, peut entraîner des cicatrices hépatiques[122].

Le zinc renforce les os

Des études ont montré que le zinc peut augmenter la densité et la solidité osseuse en augmentant la formation osseuse et en prévenant la perte osseuse[123].

Dans les cellules ostéoblastes (cellules formant les os) de souris, le traitement au zinc a stimulé l’activité de formation osseuse[124].

Une autre étude a montré que la supplémentation en zinc augmentait les marqueurs osseux (c.-à-d. ALP, BAPE et BAP-M) chez les hommes en bonne santé[125].

Le zinc a également été capable de supprimer l’activité de fracture osseuse dans les cultures de moelle osseuse de souris en inhibant les marqueurs de fracture osseuse (par exemple, l’hormone parathyroïdienne et la PGE2)[126].

En raison de ses effets de renforcement des os, le zinc s’est avéré être une protection contre de nombreuses complications liées aux os chez les animaux et les humains[127][128][128].

Le zinc prévient les maladies cardiaques

Des études ont montré que les niveaux de zinc sont souvent faibles chez les personnes atteintes d’artériosclérose (durcissement des artères), de maladies cardiaques, de douleurs thoraciques et de crises cardiaques[129][130][131][131][132][132][132][132].

Une étude a révélé qu’un taux plus élevé d’insuffisance cardiaque était associé à une carence en zinc[133]. D’autres études ont montré que des doses élevées de zinc pouvaient prévenir et traiter l’angine (douleur thoracique) chez les patients atteints d’athérosclérose[133].

Un supplément de zinc pourrait également protéger le cœur contre les accidents vasculaires cérébraux chez les rats et les souris[130].

Le zinc augmente la sensibilité à l’insuline et pourrait prévenir le diabète et ses complications.

Les ions zinc peuvent se lier aux récepteurs de l’insuline et activer les voies de signalisation de l’insuline[134].

En imitant l’insuline, le zinc réduit la sécrétion excessive d’insuline par les cellules pancréatiques qui protègent le tissu pancréatique des dommages[135].

Le zinc améliore également la solubilité de l’insuline dans les cellules pancréatiques et augmente la liaison de l’insuline à son récepteur[136].

En raison du rôle essentiel du zinc dans le traitement, le stockage et la sécrétion d’insuline, une carence peut entraîner une augmentation de la résistance à l’insuline[137].

Une étude a montré que les patients prédiabétiques étaient plus susceptibles de souffrir d’une carence en zinc[136].

D’autres études ont révélé des pourcentages élevés de carence en zinc chez les patients atteints de diabète de type 2[138].

Des études chez les femmes rapportent qu’une augmentation des revenus du zinc alimentaire peut réduire le risque de développer le diabète de type 2[139][138][138].

Plusieurs études ont montré que la supplémentation en zinc réduisait la glycémie à jeun et améliorait la sensibilité à l’insuline chez les modèles animaux diabétiques et les humains. [140] [140] [141] [142]

Le zinc a également réduit la gravité de la neuropathie diabétique (douleur nerveuse), le stress oxydatif et les taux de cholestérol et de triglycérides chez les diabétiques de type 2[143][144][144][142][145][145].

Le zinc aide à la perte de poids

La leptine est une hormone qui joue un rôle dans le contrôle de l’appétit et du poids. La restriction en zinc peut entraîner une réduction de la production de leptine à partir de cellules graisseuses chez le rat et l’homme[146][147][147][145][145].

La restauration des taux de zinc chez les hommes présentant une carence marginale en zinc a entraîné une augmentation des taux de leptine dans le sang (peut-être en raison d’une augmentation de l’IL-2 et du TNF-alpha)[148].

Le zinc augmente la fertilité masculine et la santé reproductive.

La concentration en zinc séminal est corrélée positivement avec le nombre de spermatozoïdes, la mobilité et la viabilité[149][150][150][151][151] Ceci est probablement dû au rôle que joue le zinc dans la stabilisation des membranes cellulaires et de l’ADN (en réduisant les dommages oxydatifs) du sperme et en améliorant la spermatogenèse (formation de nouveaux spermatozoïdes)[152][152].

Une dose faible à modérée (12-120 mg/kg) d’absorption de zinc semble améliorer la fonction reproductrice chez le rat.

Le zinc est très concentré dans la prostate et les testicules et participe à la synthèse de la testostérone[152][153][153].

Chez les hommes infertiles (à faible taux de testostérone), l’ajout de zinc a entraîné une augmentation du nombre de spermatozoïdes, de la testostérone, de la dihydrotestostérone (DHT) et de la fertilité[154].

L’effet d’amélioration de la testostérone du zinc pourrait aider à augmenter la libido et la performance sexuelle chez les hommes souffrant de dysfonction érectile, qui ont souvent un faible taux de testostérone[155][156][156][157][157].

Le zinc peut également réduire les dommages oxydatifs aux testicules. Chez le rat, le zinc a été capable de maintenir la fonction testiculaire (mesurée par le poids des testicules, la concentration de sperme et le niveau de testostérone) en réponse au stress oxydatif induit par la fumée de cigarette.

Le zinc combat la fatigue

De faibles concentrations de zinc dans le sang sont associées à de nombreux symptômes du syndrome de fatigue chronique (p. ex. fatigue, dépression et difficultés de concentration).

Une étude a révélé que les taux de zinc dans le sang étaient significativement plus faibles chez les patients atteints du syndrome de fatigue chronique (SFC) que chez les témoins normaux et que la gravité des symptômes était corrélée négativement avec les taux de zinc. L’étude a conclu que le zinc peut être efficace pour atténuer les symptômes du SFC en raison de ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires[158].

L’inflammation des intestins (causée par une fuite intestinale) est fréquente chez les personnes atteintes de SFC[159].

Une étude a montré que le traitement des fuites intestinales par un mélange de substances anti-inflammatoires et antioxydantes, y compris le zinc, chez les patients atteints de SFC a entraîné une amélioration significative des symptômes[160].

Le zinc peut améliorer les performances athlétiques

Une étude sur les lutteurs a révélé qu’un entraînement intensif peut réduire considérablement les taux d’hormones thyroïdiennes et de testostérone, ce qui peut mener à l’épuisement. Cependant, la supplémentation en zinc a permis d’éviter cette perte, ce qui suggère que l’absorption du zinc (à des doses physiologiques) peut être bénéfique pour la performance sportive. Une autre étude sur les hommes assis a montré des résultats similaires[161].

Le zinc contrôle la coagulation du sang.

Des études humaines montrent que le zinc est impliqué dans la régulation des facteurs prothrombotiques (formation de caillots sanguins) et anti-thrombotiques (prévention des caillots sanguins) dérivés des plaquettes et de la lumière des vaisseaux sanguins[162][163][163].

L’hyperzincémie (taux élevés de zinc dans le sang) peut causer la coagulation du sang pendant l’hypozincémie (faible taux de zinc dans le sang) afin de prolonger les temps de coagulation du sang. Ces deux conditions entraînent une altération de l’agrégation plaquettaire et des saignements anormaux[163].

Une étude a révélé que la restauration des niveaux de zinc chez les hommes carencés en zinc a conduit à une agrégation plaquettaire et à un temps de coagulation normalisé[164].

Le zinc améliore l’issue de la grossesse

De faibles niveaux de zinc dans le sang sont associés à des complications de la grossesse (par exemple, avortement spontané, pré-éclampsie, grossesse prolongée, naissance prématurée et développement anormal du fœtus)[165][166][166][167][167].

Des études ont montré que la supplémentation maternelle en zinc (pour les femmes souffrant de carence en zinc ou d’insuffisance pondérale) peut réduire le risque de naissance prématurée et protéger le fœtus contre les dommages causés par l’exposition à l’alcool[168][169][169].

Une étude a révélé que les mères indiennes recevant du zinc supplémentaire avaient des périodes de gestation plus longues et des bébés ayant un poids plus sain[170].

Une autre étude chez les femmes enceintes (avec de faibles niveaux de zinc dans le sang) a révélé que la supplémentation en zinc (25 mg/jour) pendant la deuxième moitié de la grossesse augmentait significativement le poids du nourrisson à la naissance et le périmètre crânien[171].

Il est suggéré que ces effets positifs sont le résultat de la capacité du zinc à inhiber la mort cellulaire embryonnaire, à augmenter les facteurs de croissance (par exemple IGF, PDGF et FGF) et à réduire les dommages oxydatifs, qui contribuent tous à promouvoir un développement fœtal sain[165][172][172].

Le zinc est bénéfique pour la santé des femmes.

La carence en zinc est associée à des déséquilibres hormonaux qui peuvent entraîner des problèmes de fonction ovarienne, d’irrégularités menstruelles et d’infertilité[173].

Plusieurs études ont montré que cette administration orale de zinc (en combinaison avec l’acide méfénamique et seul) a réduit la gravité et la durée des douleurs menstruelles chez les femmes[167][174][174][175][175].

Ces effets sont probablement dus à l’inhibition du métabolisme des prostaglandines dans l’utérus par le zinc, ce qui entraîne une réduction des crampes douloureuses dans le bas-ventre[176].

Chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), la résistance à l’insuline peut entraîner une augmentation de la production d’hormones androgènes (p. ex. testostérone et DHEA), ce qui peut entraîner la calvitie, la croissance des cheveux, des périodes irrégulières et l’infertilité[177].

Des études ont montré qu’une supplémentation en zinc chez les femmes atteintes de SOPK peut réduire les taux d’insuline et améliorer les symptômes de la maladie (par exemple, la pilosité et la calvitie)[178][113] Les femmes atteintes d’endométriose (une condition dans laquelle le tissu interne de l’utérus se développe à l’extérieur de l’utérus) ont montré de faibles taux de zinc dans le sang[179].

Une étude a rapporté que l’apport en antioxydants (comme la vitamine C, la vitamine E, le sélénium et le zinc) était inversement corrélé avec la gravité de la progression de l’endométriose chez les femmes, ce qui suggère que le zinc peut ralentir le développement de ce trouble[179].

Le zinc soulage la douleur

Le zinc a montré des propriétés analgésiques dans un certain nombre d’études animales[180][181][181].

Chez les rats atteints de lésions du nerf sciatique, l’injection de chlorure de zinc a considérablement facilité l’hyperalgie thermique (sensibilité accrue à la douleur) en fonction de la dose[180].

Une autre étude a montré que les sels de zinc étaient capables de supprimer la douleur chez les souris exposées à une gamme de stimuli douloureux (p. ex. chaleur et produits chimiques irritants)[182].

Chez les patients atteints de maladie hépatique chronique, le zinc a réduit la fréquence et la gravité des crampes musculaires[183] Il est suggéré que le zinc soulage partiellement la douleur en se liant au récepteur NMDA (en tant qu’antagoniste) impliqué dans l’initiation des voies de la douleur.

supplément alimentaire zinc

Le zinc augmente la sensibilité gustative

La carence en zinc est associée à une sensibilité réduite au goût[184].

Cela peut être dû au fait que la gustine (ou anhydrase carboxylique VI), une enzyme dépendante du zinc, n’est pas aussi active lorsque les concentrations de zinc sont faibles dans la salive[185].

Une étude a montré que la supplémentation en zinc conduisait à une acuité gustative accrue (évaluée par des seuils de reconnaissance du sel) chez les jeunes Indiens (qui souffrent souvent d’une carence en zinc)[186].

Le zinc traite les troubles de l’audition

La carence en zinc est associée à une déficience auditive chez la souris et le rat, qui peut être guérie par la supplémentation en zinc[187].

Ceci est probablement le résultat de l’effet protecteur du zinc (en augmentant la SOD) contre les toxines dans les structures de l’oreille (par ex. cochlée et vestibule)[188].

Une étude a rapporté qu’une supplémentation en zinc (50 mg/jour) a permis de réduire la sévérité des acouphènes chez 82 % des patients pendant deux mois[189][189].

Une autre étude a révélé que l’ajout de zinc à la corticostérone orale était associé à une plus grande amélioration des symptômes chez les personnes présentant une perte auditive neurosensorielle soudaine (surdité soudaine pour des raisons inconnues) que par la corticostérone seule[191].

L’otite moyenne (OM) est une infection de l’oreille moyenne. Une étude a révélé que la supplémentation en zinc pourrait réduire considérablement le taux d’otite moyenne chez les enfants en bonne santé provenant de régions à faible revenu[192].

 

Le zinc peut prolonger la durée de vie utile.

On suppose que le stress oxydatif accélère le processus de vieillissement. Le zinc est un composant clé de la superoxyde dismutase Cu/Zn (Cu/Zn-SOD), une enzyme forte qui neutralise les radicaux superoxyde[193][194][194].

Une étude a révélé que les vers (p. ex. S. cerevisiae) et les souris manipulées génétiquement pour exprimer un niveau élevé de SOD avaient une durée de vie plus longue.

Les mutations du gène SOD sont associées à de nombreuses maladies liées à l’âge (p. ex. la SLA, la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer et le cancer)[195].

Les inflammations sont également impliquées dans le processus de vieillissement. [196]

Les suppléments alimentaires à base de zinc chez les patients âgés ont démontré qu’ils réduisent l’inflammation, le stress oxydatif et le taux d’infection[197].

En raison de ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, le zinc peut favoriser la longévité, en particulier chez les patients plus âgés qui souffrent souvent d’une carence en zinc.

Le zinc favorise la fonction thyroïdienne

Dans les études animales et humaines, la carence en zinc est associée à une diminution de la fonction thyroïdienne (en raison du faible taux de triiodothyronine (T3) et de thyroxine libre (FT4) dans le sang)[198][199][199].

Chez l’homme, la supplémentation en zinc a montré des effets efficaces sur la fonction thyroïdienne[200][201][201].

Chez les patients hypothyroïdiens handicapés sous traitement anticonvulsivant (avec une carence en zinc légère à modérée), la supplémentation en zinc a permis de normaliser les niveaux d’hormones thyroïdiennes dans le sang (c.-à-d. T3 et FT3) et de rétablir la fonction thyroïdienne[200].

Dans une étude de cas de deux étudiants universitaires, l’absorption de zinc a augmenté les taux d’hormones thyroïdiennes (c.-à-d. T3 et T4) et le taux de métabolisme résiduel. L’ajout de zinc semblait également inverser les effets nocifs du rayonnement émis par les moniteurs d’ordinateurs sur les niveaux d’hormones thyroïdiennes des utilisateurs d’ordinateurs[202].

Le zinc peut réduire les effets secondaires de la chimiothérapie.

La mucosite (ulcération des muqueuses) est un effet secondaire courant de la chimiothérapie et de la radiothérapie[203].

Des études chez des patients ayant subi une chimiothérapie et une radiothérapie indiquent que l’apport en zinc pourrait réduire la gravité de la mucosite buccale. La dysgueusie (distorsion du goût) et la dysosmie (distorsion de l’odorat) peuvent également se produire pendant la chimiothérapie[204][205][205].

Une étude a montré qu’un apport quotidien de 100 mg de zinc pendant 4 à 6 mois améliore les symptômes de dysgueusie et de dysosmie chez les patients présentant une déficience en anhydroase carbonique VI (gustine).

Le zinc est connu pour stimuler la production de la carboanhydrase VI, une enzyme dans la salive impliquée dans la croissance des papilles gustatives.

Le zinc réduit le risque de syndrome métabolique

Le syndrome métabolique est un groupe d’affections (p. ex. obésité, résistance à l’insuline, hypertension artérielle et taux de cholestérol élevé) qui peuvent entraîner un risque accru de maladie cardiaque et de diabète de type 2[206].

Une étude chez des enfants atteints du syndrome métabolique a révélé que la supplémentation en zinc réduisait la résistance à l’insuline, le stress oxydatif, l’inflammation, la glycémie, le cholestérol et l’indice de masse corporelle. [207]

Le zinc peut prévenir la cécité

La dégénérescence maculaire liée à l’âge, une cause majeure de cécité chez les personnes âgées, est probablement causée par le stress oxydatif. Des études cliniques ont montré qu’une supplémentation en zinc peut ralentir la progression de la maladie, peut-être en prévenant les dommages oxydatifs à la rétine[208][209][210][210][211][211].

Il a été suggéré que le zinc peut protéger contre la rétinopathie diabétique (qui peut conduire à la cécité) en empêchant la mort des cellules capillaires rétiniennes et la néovascularisation (croissance de nouveaux vaisseaux sanguins). Ceci est dû à la capacité du zinc à réduire le stress oxydatif et l’inflammation (en inhibant la NADPH oxydase et la NF-κB), qui est impliquée dans la progression de la rétinopathie diabétique[212].

La cécité nocturne est l’un des premiers symptômes d’une carence en vitamine A. Une étude a montré que le zinc était capable d’améliorer l’effet de la vitamine A dans le rétablissement de la vision nocturne chez les femmes enceintes (à faible teneur en zinc)[213].

Le zinc améliore la fonction mitochondriale

Une étude chez le rat a révélé que l’absorption du zinc augmentait le système de transfert d’électrons et la phosphorylation oxydative dans les mitochondries du foie, ce qui augmentait la production d’énergie (ATP) dans les cellules hépatiques[214].

Le zinc est radioprotecteur.

Il a été démontré que le zinc protège contre la toxicité radio-induite chez la souris et les cellules progénitrices de la moelle osseuse[215][216][216].

Le zinc a réduit le stress oxydatif (mesuré par les niveaux de MDA) et stabilisé les enzymes antioxydantes (c.-à-d. GR, Cu/Zn-SOD et catalase) dans les globules rouges des rats après une exposition à l’iode radioactif (131I)[217].

Le traitement au zinc a également permis de protéger les cellules précurseurs des spermatozoïdes de souris contre la mort cellulaire induite par les radiations[218].

Le zinc réduit les odeurs corporelles

La bromhidrose (odeur corporelle) est généralement associée à une flore bactérienne accrue dans l’aisselle, constituée principalement d’espèces Staphylococcus et Corynebacterium[219].

En raison de son effet antibactérien, le zinc topique s’est révélé efficace pour réduire l’odeur des aisselles et des pieds dans les études cliniques[13].

Le zinc améliore la santé bucco-dentaire

La carence en zinc peut entraîner une formation excessive de plaque dentaire et aggraver le processus inflammatoire dans les maladies des gencives (en raison de la production accrue d’IL-1)[220][221][220][221].

Les rince-bouche à base de zinc se sont révélés efficaces pour réduire la croissance de la plaque[221].

Une étude menée auprès d’enfants de régions à faible revenu a également révélé qu’un apport quotidien de 15 mg de zinc pendant dix semaines était associé à une réduction de la formation de plaque dentaire[222].

Le zinc peut soulager la fibrose kystique.

La fibrose kystique est un trouble génétique qui peut causer des difficultés respiratoires, une pneumonie et une incapacité à prendre du poids. Une étude rétrospective chez des patients atteints de fibrose kystique a montré que la supplémentation en zinc améliorait la fonction pulmonaire et l’absorption d’énergie et réduisait les taux d’infection[223].

Le zinc peut aider avec l’empoisonnement à l’arsenic.

Une étude chez des patients souffrant d’empoisonnement chronique à l’arsenic a montré que le zinc en combinaison avec l’extrait de spiruline était efficace pour réduire les symptômes (p. ex. mélanose et kératose)[224].

Le zinc peut réduire la dépendance aux opiacés.

Les utilisateurs d’opioïdes ont des niveaux de zinc plus faibles[225][226][226][227][227].

Des études chez la souris et le rat ont révélé que le zinc réduisait l’intensité de la dépendance à la morphine (un opioïde), tandis que les chélates de zinc augmentaient les symptômes de sevrage[228][229][229].

Sur la base de ces résultats, un article de recherche bibliographique a suggéré qu’une supplémentation en zinc est bénéfique pour réduire le risque de dépendance chez les personnes prenant des opioïdes pour la douleur chronique, en raison des effets analgésiques et de la faible toxicité du zinc[229].

Ce que les experts disent sur le zinc :

  1. le zinc pour la prévention du rhume

L’évaluation de diverses études par des chercheurs du Cochrane Collaboration, un réseau international, a montré que le zinc peut non seulement soutenir la régénération dans les infections aiguës, mais aussi être utilisé comme mesure préventive.

Lorsqu’ils sont pris régulièrement pendant plusieurs mois, les écoliers ont moins de rhumes que leurs camarades de classe du même âge, moins d’absences et ne prennent pas d’antibiotiques aussi fréquemment.

  1. le zinc pour la santé de la prostate

Des études menées en France et en Suède ont montré qu’un apport adéquat en zinc – en combinaison avec le sélénium – peut réduire de manière significative le risque de développer un cancer de la prostate. Le zinc peut également être utilisé judicieusement comme mesure d’accompagnement pour les maladies de la prostate.

Études et références sur le zinc

  1. Josko Osredkar and Natasa Sustar Copper and Zinc, Biological Role and Significance of Copper/Zinc Imbalance.Clinic Toxicol S3:001. doi:10.4172/2161- 0495.S3-001
  2. Penny ME. Zinc supplementation in public health. Ann Nutr Metab. 2013;62 Suppl 1:31-42. doi: 10.1159/000348263. Epub 2013 May 3.
  3. Ananda S. Prasad Discovery of Human Zinc Deficiency: Its Impact on Human Health and Disease. Adv Nutr. 2013 Mar; 4(2): 176–190.
  4. Hunt JR. Bioavailability of iron, zinc, and other trace minerals from vegetarian diets. Am J Clin Nutr. 2003 Sep;78(3 Suppl):633S-639S.
  5. Klaus-Helge Ibs and Lothar Rink Zinc-Altered Immune Function. 2003 The American Society for Nutritional Sciences.
  6. Keen CL, Gershwin ME. Zinc deficiency and immune function. Annu Rev Nutr. 1990;10:415-31.
  7. Shankar AH, Prasad AS. Zinc and immune function: the biological basis of altered resistance to infection. Am J Clin Nutr. 1998 Aug;68(2 Suppl):447S-463S.
  8. Fraker PJ, King LE, Laakko T, Vollmer TL. The dynamic link between the integrity of the immune system and zinc status. J Nutr. 2000 May;130(5S Suppl):1399S-406S.
  9. Mocchegiani E, Muzzioli M. Therapeutic application of zinc in human immunodeficiency virus against opportunistic infections. J Nutr. 2000 May;130(5S Suppl):1424S-31S.
  10. Baum MK, Lai S, Sales S, Page JB, Campa A. Randomized, controlled clinical trial of zinc supplementation to prevent immunological failure in HIV-infected adults. Clin Infect Dis. 2010 Jun 15;50(12):1653-60. doi: 10.1086/652864.
  11. Tang AM, Graham NM, Saah AJ. Effects of micronutrient intake on survival in human immunodeficiency virus type 1 infection. Am J Epidemiol. 1996 Jun 15;143(12):1244-56.
  12. Overbeck S, Rink L, Haase H. Modulating the immune response by oral zinc supplementation: a single approach for multiple diseases. Arch Immunol Ther Exp (Warsz). 2008 Jan-Feb;56(1):15-30.
  13. Mrinal Gupta, Vikram K. Mahajan, Karaninder S. Mehta, Pushpinder S. Chauhan Zinc Therapy in Dermatology: A Review. Dermatol Res Pract. 2014; 2014: 709152.
  14. Sazawal S, Black RE, Jalla S, Mazumdar S, Sinha A, Bhan MK. Zinc supplementation reduces the incidence of acute lower respiratory infections in infants and preschool children: a double-blind, controlled trial. Pediatrics. 1998 Jul;102(1 Pt 1):1-5.
  15. Valavi E, Hakimzadeh M, Shamsizadeh A, Aminzadeh M, Alghasi A. The efficacy of zinc supplementation on outcome of children with severe pneumonia. A randomized double-blind placebo-controlled clinical trial. Indian J Pediatr. 2011 Sep;78(9):1079-84. doi: 10.1007/s12098-011-0458-1. Epub 2011 Jun 10.
  16. Prasad AS. Zinc: role in immunity, oxidative stress and chronic inflammation. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2009 Nov;12(6):646-52. doi: 10.1097/MCO.0b013e3283312956.
  17. Prasad AS. Impact of the discovery of human zinc deficiency on health. J Am Coll Nutr. 2009 Jun;28(3):257-65.
  18. Chandra RK. Excessive intake of zinc impairs immune responses. JAMA. 1984 Sep 21;252(11):1443-6.
  19. Fortes C, Agabiti N, Fano V, Pacifici R, Forastiere F, Virgili F, Zuccaro P, Perruci CA, Ebrahim S. Zinc supplementation and plasma lipid peroxides in an elderly population. Eur J Clin Nutr. 1997 Feb;51(2):97-101.
  20. S Bashir, G Harris, M A Denman, D R Blake, and P G Winyard. Oxidative DNA damage and cellular sensitivity to oxidative stress in human autoimmune diseases. Ann Rheum Dis. 1993 Sep; 52(9): 659–666.
  21. Hadwan MH, Almashhedy LA, Alsalman AR. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26780395 Int J Vitam Nutr Res. 2015;85(3-4):165-73. doi: 10.1024/0300-9831/a000235.
  22. Floersheim GL, Floersheim P. Protection against ionising radiation and synergism with thiols by zinc aspartate. Br J Radiol. 1986 Jun;59(702):597-602.
  23. Brewer GJ. Zinc acetate for the treatment of Wilson’s disease. Expert Opin Pharmacother. 2001 Sep;2(9):1473-7.
  24. Rostan EF, DeBuys HV, Madey DL, Pinnell SR. Evidence supporting zinc as an important antioxidant for skin. Int J Dermatol. 2002 Sep;41(9):606-11.
  25. Lansdown AB, Mirastschijski U, Stubbs N, Scanlon E, Agren MS. Zinc in wound healing: theoretical, experimental, and clinical aspects. Wound Repair Regen. 2007 Jan-Feb;15(1):2-16.
  26. Bin Bao, Ananda S Prasad, Frances WJ Beck, James T Fitzgerald, Diane Snell, Ginny W Bao, Tapinder Singh, and Lavoisier J Cardozo. Zinc decreases C-reactive protein, lipid peroxidation, and inflammatory cytokines in elderly subjects: a potential implication of zinc as an atheroprotective agent. Am J Clin Nutr. 2010 Jun; 91(6): 1634–1641.
  27. Morgan CI, Ledford JR, Zhou P, Page K. Zinc supplementation alters airway inflammation and airway hyperresponsiveness to a common allergen. J Inflamm (Lond). 2011 Dec 7;8:36. doi: 10.1186/1476-9255-8-36.
  28. Chen BW, Wang HH, Liu JX, Liu XG. Zinc sulphate solution enema decreases inflammation in experimental colitis in rats. J Gastroenterol Hepatol. 1999 Nov;14(11):1088-92.
  29. Göransson K, Lidén S, Odsell L. Oral zinc in acne vulgaris: a clinical and methodological study. Acta Derm Venereol. 1978;58(5):443-8.
  30. Kaltenberg J, Plum LM, Ober-Blöbaum JL, Hönscheid A, Rink L, Haase H. Zinc signals promote IL-2-dependent proliferation of T cells. Eur J Immunol. 2010 May;40(5):1496-503. doi: 10.1002/eji.200939574.
  31. Maywald M, Rink L. Zinc supplementation induces CD4+CD25+Foxp3+ antigen-specific regulatory T cells and suppresses IFN-γ production by upregulation of Foxp3 and KLF-10 and downregulation of IRF-1. Eur J Nutr. 2016 Jun 3.
  32. Kitabayashi C, Fukada T, Kanamoto M, Ohashi W, Hojyo S, Atsumi T, Ueda N, Azuma I, Hirota H, Murakami M, Hirano T. Zinc suppresses Th17 development via inhibition of STAT3 activation. Int Immunol. 2010 May;22(5):375-86. doi: 10.1093/intimm/dxq017. Epub 2010 Mar 9.
  33. Schubert C, Guttek K, Grüngreiff K, Thielitz A, Bühling F, Reinhold A, Brocke S, Reinhold D. Oral zinc aspartate treats experimental autoimmune encephalomyelitis. Biometals. 2014 Dec;27(6):1249-62. doi: 10.1007/s10534-014-9786-8. Epub 2014 Aug 22.
  34. Rosenkranz E, Maywald M, Hilgers RD, Brieger A, Clarner T, Kipp M4, Plümäkers B, Meyer S, Schwerdtle T, Rink L. Induction of regulatory T cells in Th1-/Th17-driven experimental autoimmune encephalomyelitis by zinc administration. J Nutr Biochem. 2016 Mar;29:116-23. doi: 10.1016/j.jnutbio.2015.11.010. Epub 2015 Dec 1.
  35. Kown MH, van der Steenhoven TJ, Jahncke CL, Mari C, Lijkwan MA, Koransky ML, Blankenberg FG, Strauss HW, Robbins RC. Zinc chloride-mediated reduction of apoptosis as an adjunct immunosuppressive modality in cardiac transplantation. J Heart Lung Transplant. 2002 Mar;21(3):360-5.
  36. Lancet. 1976 Sep 11;2(7985):539-42. Oral zinc sulphate in rheumatoid arthritis. Simkin PA.
  37. Aaseth J, Haugen M, Førre O. Rheumatoid arthritis and metal compounds–perspectives on the role of oxygen radical detoxification. Analyst. 1998 Jan;123(1):3-6.
  38. Faure P, Benhamou PY, Perard A, Halimi S, Roussel AM. Lipid peroxidation in insulin-dependent diabetic patients with early retina degenerative lesions: effects of an oral zinc supplementation. Eur J Clin Nutr. 1995 Apr;49(4):282-8.
  39. Rosenkranz E, Hilgers RD, Uciechowski P, Petersen A, Plümäkers B, Rink L. Zinc enhances the number of regulatory T cells in allergen-stimulated cells from atopic subjects. Eur J Nutr. 2017 Mar;56(2):557-567. doi: 10.1007/s00394-015-1100-1. Epub 2015 Nov 20.
  40. Khanbabaee G, Omidian A, Imanzadeh F, Adibeshgh F, Ashayeripanah M, Rezaei N. Serum level of zinc in asthmatic patients: a case-control study. Allergol Immunopathol (Madr). 2014 Jan-Feb;42(1):19-21. doi: 10.1016/j.aller.2012.07.008. Epub 2013 Jan 9.
  41. Lang C, Murgia C, Leong M, Tan LW, Perozzi G, Knight D, Ruffin R, Zalewski P. Anti-inflammatory effects of zinc and alterations in zinc transporter mRNA in mouse models of allergic inflammation. Am J Physiol Lung Cell Mol Physiol. 2007 Feb;292(2):L577-84. Epub 2006 Nov 3.
  42. Apelqvist J, Larsson J, Stenström A. Topical treatment of necrotic foot ulcers in diabetic patients: a comparative trial of DuoDerm and MeZinc. Br J Dermatol. 1990 Dec;123(6):787-92.
  43. Rojas AI, Phillips TJ. Patients with chronic leg ulcers show diminished levels of vitamins A and E, carotenes, and zinc.Dermatol Surg. 1999 Aug;25(8):601-4.
  44. Aquilani R, Baiardi P, Scocchi M, Iadarola P, Verri M, Sessarego P, Boschi F, Pasini E, Pastoris O, Viglio S. Normalization of zinc intake enhances neurological retrieval of patients suffering from ischemic strokes. Nutr Neurosci. 2009 Oct;12(5):219-25. doi: 10.1179/147683009X423445.
  45. Penland JG, Sandstead HH, Alcock NW, Dayal HH, Chen XC, Li JS, Zhao F, Yang JJ. A preliminary report: effects of zinc and micronutrient repletion on growth and neuropsychological function of urban Chinese children. J Am Coll Nutr. 1997 Jun;16(3):268-72.
  46. Gibson RS, Vanderkooy PD, MacDonald AC, Goldman A, Ryan BA, Berry M. A growth-limiting, mild zinc-deficiency syndrome in some southern Ontario boys with low height percentiles. Am J Clin Nutr. 1989 Jun;49(6):1266-73.
  47. Friel JK, Andrews WL, Matthew JD, Long DR, Cornel AM, Cox M, McKim E, Zerbe GO. Zinc supplementation in very-low-birth-weight infants. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 1993 Jul;17(1):97-104.
  48. Sazawal S, Bentley M, Black RE, Dhingra P, George S, Bhan MK. Effect of zinc supplementation on observed activity in low socioeconomic Indian preschool children. Pediatrics. 1996 Dec;98(6 Pt 1):1132-7.
  49. George J. Brewer. Alzheimer’s disease causation by copper toxicity and treatment with zinc Front Aging Neurosci. 2014; 6: 92.
  50. George J. Brewer and Sukhvir Kaur. Zinc Deficiency and Zinc Therapy Efficacy with Reduction of Serum Free Copper in Alzheimer’s Disease Int J Alzheimers Dis. 2013; 2013: 586365.
  51. Adamo AM, Zago MP, Mackenzie GG, Aimo L, Keen CL, Keenan A, Oteiza PI. The role of zinc in the modulation of neuronal proliferation and apoptosis. Neurotox Res. 2010 Jan;17(1):1-14. doi: 10.1007/s12640-009-9067-4.
  52. Singla N, Dhawan DK. Zinc, a neuroprotective agent against aluminum-induced oxidative DNA injury. Mol Neurobiol. 2013 Aug;48(1):1-12. doi: 10.1007/s12035-013-8417-7. Epub 2013 Feb 19.
  53. Ermilova IP, Ermilov VB, Levy M, Ho E, Pereira C, Beckman JS. Protection by dietary zinc in ALS mutant G93A SOD transgenic mice. Neurosci Lett. 2005 Apr 29;379(1):42-6. Epub 2005 Jan 13.
  54. Sayyah M, Olapour A, Saeedabad Ys, Yazdan Parast R, Malayeri A. Evaluation of oral zinc sulfate effect on obsessive-compulsive disorder: a randomized placebo-controlled clinical trial. Nutrition. 2012 Sep;28(9):892-5. doi: 10.1016/j.nut.2011.11.027. Epub 2012 Mar 30.
  55. Bancila V, Nikonenko I, Dunant Y, Bloc A. Zinc inhibits glutamate release via activation of pre-synaptic K channels and reduces ischaemic damage in rat hippocampus. J Neurochem. 2004 Sep;90(5):1243-50.
  56. Arnold LE, Bozzolo H, Hollway J, Cook A, DiSilvestro RA, Bozzolo DR, Crowl L, Ramadan Y, Williams C. Serum zinc correlates with parent- and teacher- rated inattention in children with attention-deficit/hyperactivity disorder. J Child Adolesc Psychopharmacol. 2005 Aug;15(4):628-36.
  57. Akhondzadeh S, Mohammadi MR, Khademi M. Zinc sulfate as an adjunct to methylphenidate for the treatment of attention deficit hyperactivity disorder in children: a double blind and randomized trial. BMC Psychiatry. 2004 Apr 8;4:9.
  58. Sandstead HH. Subclinical zinc deficiency impairs human brain function. J Trace Elem Med Biol. 2012 Jun;26(2-3):70-3. doi: 10.1016/j.jtemb.2012.04.018. Epub 2012 Jun 4.
  59. J. Russo, Robert deVito. Analysis of Copper and Zinc Plasma Concentration and the Efficacy of Zinc Therapy in Individuals with Asperger’s Syndrome, Pervasive Developmental Disorder Not Otherwise Specified (PDD-NOS) and Autism Biomark Insights. 2011; 6: 127–133.
  60. Thiago Berti Kirsten, Gabriela P. Chaves-Kirsten, Suene Bernardes, Cristoforo Scavone, Jorge E. Sarkis, Maria Martha Bernardi, and Luciano F. Felicio Lipopolysaccharide Exposure Induces Maternal Hypozincemia, and Prenatal Zinc Treatment Prevents Autistic-Like Behaviors and Disturbances in the Striatal Dopaminergic and mTOR Systems of Offspring. PLoS One. 2015; 10(7): e0134565. Published online 2015 Jul 28. doi: 10.1371/journal.pone.0134565
  61. Cope EC, Levenson CW. Role of zinc in the development and treatment of mood disorders. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2010 Nov;13(6):685-9. doi: 10.1097/MCO.0b013e32833df61a.
  62. Sawada T, Yokoi K. Effect of zinc supplementation on mood states in young women: a pilot study. Eur J Clin Nutr. 2010 Mar;64(3):331-3. doi: 10.1038/ejcn.2009.158. Epub 2010 Jan 20.
  63. Solati Z, Jazayeri S, Tehrani-Doost M, Mahmoodianfard S, Gohari MR. Zinc monotherapy increases serum brain-derived neurotrophic factor (BDNF) levels and decreases depressive symptoms in overweight or obese subjects: a double-blind, randomized, placebo-controlled trial. Nutr Neurosci. 2015 May;18(4):162-8. doi: 10.1179/1476830513Y.0000000105. Epub 2014 Jan 7.
  64. Cummings JE, Kovacic JP. The ubiquitous role of zinc in health and disease. J Vet Emerg Crit Care (San Antonio). 2009 Jun.
  65. Formigari A, Irato P, Santon A. Zinc, antioxidant systems and metallothionein in metal mediated-apoptosis: biochemical and cytochemical aspects. Comp Biochem Physiol C Toxicol Pharmacol. 2007 Nov;146(4):443-59. Epub 2007 Aug 1.
  66. Li P, Xu J, Shi Y, Ye Y, Chen K, Yang J, Wu Y. Association between zinc intake and risk of digestive tract cancers: a systematic review and meta-analysis. Clin Nutr. 2014 Jun;33(3):415-20. doi: 10.1016/j.clnu.2013.10.001. Epub 2013 Oct 10.
  67. Alam S, Kelleher SL. Cellular mechanisms of zinc dysregulation: a perspective on zinc homeostasis as an etiological factor in the development and progression of breast cancer. Nutrients. 2012 Aug;4(8):875-903. Epub 2012 Jul 30.
  68. Wu J, Lanier LL. Natural killer cells and cancer. Adv Cancer Res. 2003;90:127-56.
  69. Tapazoglou E, Prasad AS, Hill G, Brewer GJ, Kaplan J. Decreased natural killer cell activity in patients with zinc deficiency with sickle cell disease. J Lab Clin Med. 1985 Jan;105(1):19-22.
  70. Agren MS, Söderberg TA, Reuterving CO, Hallmans G, Tengrup I. Effect of topical zinc oxide on bacterial growth and inflammation in full-thickness skin wounds in normal and diabetic rats. Eur J Surg. 1991 Feb;157(2):97-101.
  71. Prasad AS, Beck FW, Snell DC, Kucuk O. Zinc in cancer prevention. Nutr Cancer. 2009;61(6):879-87. doi: 10.1080/01635580903285122.
  72. Uzzo RG, Crispen PL, Golovine K, Makhov P, Horwitz EM, Kolenko VM. Diverse effects of zinc on NF-kappaB and AP-1 transcription factors: implications for prostate cancer progression. Carcinogenesis. 2006 Oct;27(10):1980-90. Epub 2006 Apr 10.
  73. Leslie C Costello, Renty B Franklin. Cytotoxic/tumor suppressor role of zinc for the treatment of cancer: an enigma and an opportunity Expert Rev Anticancer Ther. Nov 2012.
  74. Fox CL Jr, Rao TN, Azmeth R, Gandhi SS, Modak S. Comparative evaluation of zinc sulfadiazine and silver sulfadiazine in burn wound infection. J Burn Care Rehabil. 1990 Mar-Apr;11(2):112-7.
  75. Tchaou WS, Turng BF, Minah GE, Coll JA. In vitro inhibition of bacteria from root canals of primary teeth by various dental materials. Pediatr Dent. 1995 Sep-Oct;17(5):351-5.
  76. Akiyama H, Yamasaki O, Kanzaki H, Tada J, Arata J. Effects of zinc oxide on the attachment of Staphylococcus aureus strains. J Dermatol Sci. 1998 May;17(1):67-74.
  77. Söderberg T, Agren M, Tengrup I, Hallmans G, Banck G. The effects of an occlusive zinc medicated dressing on the bacterial flora in excised wounds in the rat. Infection. 1989 Mar-Apr;17(2):81-5.
  78. Kheradmand Z, Yarali B, Zare A, Pourpak Z, Shams S, Ashrafi MR. Comparison of Serum Zinc and Copper levels in Children and adolescents with Intractable and Controlled Epilepsy. Iran J Child Neurol. 2014 Summer;8(3):49-54.
  79. Saad K, Hammad E, Hassan AF, Badry R. Trace element, oxidant, and antioxidant enzyme values in blood of children with refractory epilepsy. Int J Neurosci. 2014 Mar;124(3):181-6. doi: 10.3109/00207454.2013.831851. Epub 2013 Sep 3.
  80. Seven M, Basaran SY, Cengiz M, et al. Deficiency of selenium and zinc as a causative factor for idiopathic intractable epilepsy. Epilepsy Res. 2013;104:35–39.
  81. Aydın L, Erdem SR, Yazıcı C. Zinc supplementation prolongs the latency of hyperthermia-induced febrile seizures in rats. Physiol Int. 2016 Mar;103(1):121-6. doi: 10.1556/036.103.2016.1.12.
  82. Brown KH, Peerson JM, Baker SK, Hess SY. Preventive zinc supplementation among infants, preschoolers, and older prepubertal children. Food Nutr Bull. 2009 Mar;30(1 Suppl):S12-40.
  83. Brown KH, Peerson JM, Rivera J, Allen LH. Effect of supplemental zinc on the growth and serum zinc concentrations of prepubertal children: a meta-analysis of randomized controlled trials. Am J Clin Nutr. 2002 Jun;75(6):1062-71.
  84. Imdad A, Bhutta ZA. Effect of preventive zinc supplementation on linear growth in children under 5 years of age in developing countries: a meta-analysis of studies for input to the lives saved tool. NCBINCBI Logo Skip to main content Skip to navigation Resources How To About NCBI Accesskeys Sign in to NCBI PubMed US National Library of Medicine National Institutes of Health Search databaseSearch term Search AdvancedHelp Result Filters Format: AbstractSend to BMC Public Health. 2011 Apr 13;11 Suppl 3:S22. doi: 10.1186/1471-2458-11-S3-S22.
  85. Iannotti LL, Zavaleta N, León Z, Shankar AH, Caulfield LE. Maternal zinc supplementation and growth in Peruvian infants. Am J Clin Nutr. 2008 Jul;88(1):154-60.
  86. Sonja Skrovanek, Katherine DiGuilio, Robert Bailey, William Huntington, Ryan Urbas, Barani Mayilvaganan, Giancarlo Mercogliano, and James M Mullin. Zinc and gastrointestinal disease World J Gastrointest Pathophysiol. 2014 Nov 15; 5(4): 496–513.
  87. Jason C. Lambert, Zhanxiang Zhou, Lipeng Wang, Zhenyuan Song, Craig J. McClain, and Y. James Kang Preservation of Intestinal Structural Integrity by Zinc Is Independent of Metallothionein in Alcohol-Intoxicated Mice Am J Pathol. 2004 Jun; 164(6): 1959–1966.
  88. Sturniolo GC, Di Leo V, Ferronato A, D’Odorico A, D’Incà R. Zinc supplementation tightens “leaky gut” in Crohn’s disease. Inflamm Bowel Dis. 2001 May;7(2):94-8.
  89. Sturniolo GC, Fries W, Mazzon E, Di Leo V, Barollo M, D’inca R. Effect of zinc supplementation on intestinal permeability in experimental colitis. J Lab Clin Med. 2002 May;139(5):311-5.
  90. Michielan A, D’Incà R. Intestinal Permeability in Inflammatory Bowel Disease: Pathogenesis, Clinical Evaluation, and Therapy of Leaky Gut. Mediators Inflamm. 2015;2015:628157. doi: 10.1155/2015/628157. Epub 2015 Oct 25.
  91. Sempértegui F, Díaz M, Mejía R, Rodríguez-Mora OG, Rentería E, Guarderas C, Estrella B, Recalde R, Hamer DH, Reeves PG. Low concentrations of zinc in gastric mucosa are associated with increased severity of Helicobacter pylori-induced inflammation. Helicobacter. 2007 Feb;12(1):43-8.
  92. Ji X1, Liu J. Associations between Blood Zinc Concentrations and Sleep Quality in Childhood: A Cohort Study.Nutrients. 2015 Jul 13;7(7):5684-96. doi: 10.3390/nu7075247.
  93. Suzuki H, Asakawa A, Li JB, Tsai M, Amitani H, Ohinata K, Komai M, Inui A. Zinc as an appetite stimulator – the possible role of zinc in the progression of diseases such as cachexia and sarcopenia. Recent Pat Food Nutr Agric. 2011 Sep;3(3):226-31.
  94. Katz RL, Keen CL, Litt IF, Hurley LS, Kellams-Harrison KM, Glader LJ. Zinc deficiency in anorexia nervosa. J Adolesc Health Care. 1987 Sep;8(5):400-6.
  95. Humphries L, Vivian B, Stuart M, McClain CJ. Zinc deficiency and eating disorders. J Clin Psychiatry. 1989 Dec;50(12):456-9.
  96. Birmingham CL, Gritzner S. How does zinc supplementation benefit anorexia nervosa? Eat Weight Disord. 2006 Dec;11(4):e109-11.
  97. Birmingham CL, Goldner EM, Bakan R. Controlled trial of zinc supplementation in anorexia nervosa. Int J Eat Disord. 1994 Apr;15(3):251-5.
  98. Safai-Kutti S. Oral zinc supplementation in anorexia nervosa. Acta Psychiatr Scand Suppl. 1990;361:14-7.
  99. Dreno B, Amblard P, Agache P, Sirot S, Litoux P. Low doses of zinc gluconate for inflammatory acne. Acta Derm Venereol. 1989;69(6):541-3.
  100. Verma KC, Saini AS, Dhamija SK. Oral zinc sulphate therapy in acne vulgaris: a double-blind trial. Acta Derm Venereol. 1980;60(4):337-40.
  101. Sharquie KE1, Khorsheed AA, Al-Nuaimy AA. Topical zinc sulphate solution for treatment of viral warts. Saudi Med J. 2007 Sep;28(9):1418-21.
  102. Mun JH, Kim SH, Jung DS, Ko HC, Kim BS, Kwon KS, Kim MB. Oral zinc sulfate treatment for viral warts: an open-label study. J Dermatol. 2011 Jun;38(6):541-5. doi: 10.1111/j.1346-8138.2010.01056.x. Epub 2010 Nov 2.
  103. Mahajan BB, Dhawan M, Singh R. Herpes genitalis – Topical zinc sulfate: An alternative therapeutic and modality.Indian J Sex Transm Dis. 2013 Jan;34(1):32-4. doi: 10.4103/0253-7184.112867.
  104. Sharquie KE, Najim RA, Al-Salman HN. Oral zinc sulfate in the treatment of rosacea: a double-blind, placebo-controlled study. Int J Dermatol. 2006 Jul;45(7):857-61.
  105. Crutchfield CE 3rd, Lewis EJ, Zelickson BD. The highly effective use of topical zinc pyrithione in the treatment of psoriasis: a case report. Dermatol Online J. 1997 Mar;3(1):3.
  106. Marks R, Pearse AD, Walker AP. The effects of a shampoo containing zinc pyrithione on the control of dandruff. Br J Dermatol. 1985 Apr;112(4):415-22.
  107. Sharquie KE, Al-Mashhadani SA, Salman HA. Topical 10% zinc sulfate solution for treatment of melasma. Dermatol Surg. 2008 Oct;34(10):1346-9. doi: 10.1111/j.1524-4725.2008.34287.x. Epub 2008 Jun 27.
  108. Pinnell SR, Fairhurst D, Gillies R, Mitchnick MA, Kollias N. Microfine zinc oxide is a superior sunscreen ingredient to microfine titanium dioxide. Dermatol Surg. 2000 Apr;26(4):309-14.
  109. Rodney Sinclair. Male pattern androgenetic alopecia BMJ. 1998 Sep 26; 317(7162): 865–869.
  110. Berger RS, Fu JL, Smiles KA, Turner CB, Schnell BM, Werchowski KM, Lammers KM. The effects of minoxidil, 1% pyrithione zinc and a combination of both on hair density: a randomized controlled trial. Br J Dermatol. 2003 Aug;149(2):354-62.
  111. Guéniche A, Viac J, Lizard G, Charveron M, Schmitt D. Protective effect of zinc on keratinocyte activation markers induced by interferon or nickel. Acta Derm Venereol. 1995 Jan;75(1):19-23.
  112. Stamatiadis D, Bulteau-Portois MC, Mowszowicz I. Inhibition of 5 alpha-reductase activity in human skin by zinc and azelaic acid. Br J Dermatol. 1988 Nov;119(5):627-32.
  113. Jamilian M, Foroozanfard F, Bahmani F, Talaee R, Monavari M, Asemi Z. Effects of Zinc Supplementation on Endocrine Outcomes in Women with Polycystic Ovary Syndrome: a Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial. Biol Trace Elem Res. 2016 Apr;170(2):271-8. doi: 10.1007/s12011-015-0480-7. Epub 2015 Aug 28.
  114. Neve HJ, Bhatti WA, Soulsby C, Kincey J, Taylor TV. Reversal of Hair Loss following Vertical Gastroplasty when Treated with Zinc Sulphate. Obes Surg. 1996 Feb;6(1):63-65.
  115. Guo CH, Wang CL, Chen PC, Yang TC. Linkage of some trace elements, peripheral blood lymphocytes, inflammation, and oxidative stress in patients undergoing either hemodialysis or peritoneal dialysis. Perit Dial Int. 2011 Sep-Oct;31(5):583-91. doi: 10.3747/pdi.2009.00225. Epub 2010 Jun 30.
  116. Rashidi AA, Salehi M, Piroozmand A, Sagheb MM. Effects of zinc supplementation on serum zinc and C-reactive protein concentrations in hemodialysis patients. J Ren Nutr. 2009 Nov;19(6):475-8. doi: 10.1053/j.jrn.2009.04.005. Epub 2009 Jun 21.
  117. Fukushima T, Horike H, Fujiki S, Kitada S, Sasaki T, Kashihara N. Zinc deficiency anemia and effects of zinc therapy in maintenance hemodialysis patients. Ther Apher Dial. 2009 Jun;13(3):213-9. doi: 10.1111/j.1744-9987.2009.00656.x.
  118. Mahajan SK, Abbasi AA, Prasad AS, Rabbani P, Briggs WA, McDonald FD. Effect of oral zinc therapy on gonadal function in hemodialysis patients. A double-blind study. Ann Intern Med. 1982 Sep;97(3):357-61.
  119. Chevalier CA, Liepa G, Murphy MD, Suneson J, Vanbeber AD, Gorman MA, Cochran C. The effects of zinc supplementation on serum zinc and cholesterol concentrations in hemodialysis patients. J Ren Nutr. 2002 Jul;12(3):183-9.
  120. Zhou Z, Wang L, Song Z, Saari JT, McClain CJ, Kang YJ. Zinc supplementation prevents alcoholic liver injury in mice through attenuation of oxidative stress. Am J Pathol. 2005 Jun;166(6):1681-90.
  121. Lambert JC, Zhou Z, Wang L, Song Z, McClain CJ, Kang YJ. Prevention of alterations in intestinal permeability is involved in zinc inhibition of acute ethanol-induced liver damage in mice. J Pharmacol Exp Ther. 2003 Jun;305(3):880-6. Epub 2003 Mar 6.
  122. Matsumura H, Nirei K, Nakamura H, Arakawa Y, Higuchi T, Hayashi J, Yamagami H, Matsuoka S, Ogawa M, Nakajima N, Tanaka N, Moriyama M. Zinc supplementation therapy improves the outcome of patients with chronic hepatitis C. J Clin Biochem Nutr. 2012 Nov;51(3):178-84. doi: 10.3164/jcbn.12-11. Epub 2012 Aug 10.
  123. Merialdi M, Caulfield LE, Zavaleta N, Figueroa A, Costigan KA, Dominici F, Dipietro JA. Randomized controlled trial of prenatal zinc supplementation and fetal bone growth. Am J Clin Nutr. 2004 May;79(5):826-30.
  124. Hyun-Ju Seo, Young-Eun Cho, Taewan Kim, Hong-In Shin, and In-Sook Kwun Zinc may increase bone formation through stimulating cell proliferation, alkaline phosphatase activity and collagen synthesis in osteoblastic MC3T3-E1 cells Nutr Res Pract. 2010 Oct; 4(5): 356–361.
  125. Peretz A, Papadopoulos T, Willems D, Hotimsky A, Michiels N, Siderova V, Bergmann P, Neve J. Zinc supplementation increases bone alkaline phosphatase in healthy men. J Trace Elem Med Biol. 2001;15(2-3):175-8.
  126. Yamaguchi M, Kishi S. Zinc compounds inhibit osteoclast-like cell formation at the earlier stage of rat marrow culture but not osteoclast function. Mol Cell Biochem. 1996 May 24;158(2):171-7.
  127. Fung EB, Kwiatkowski JL, Huang JN, Gildengorin G, King JC, Vichinsky EP. Zinc supplementation improves bone density in patients with thalassemia: a double-blind, randomized, placebo-controlled trial. Am J Clin Nutr. 2013 Oct;98(4):960-71. doi: 10.3945/ajcn.112.049221. Epub 2013 Aug 14.
  128. Saltman PD, Strause LG. The role of trace minerals in osteoporosis. J Am Coll Nutr. 1993 Aug;12(4):384-9.
  129. Bayır A, Kara H, Kıyıcı A, Oztürk B, Akyürek F. Levels of selenium, zinc, copper, and cardiac troponin I in serum of patients with acute coronary syndrome. Biol Trace Elem Res. 2013 Sep;154(3):352-6. doi: 10.1007/s12011-013-9754-0. Epub 2013 Aug 1.
  130. Xu Z, Zhou J. Zinc and myocardial ischemia/reperfusion injury. Biometals. 2013 Dec;26(6):863-78. doi: 10.1007/s10534-013-9671-x. Epub 2013 Aug 28.
  131. Islamoglu Y, Evliyaoglu O, Tekbas E, Cil H, Elbey MA, Atilgan Z, Kaya H, Bilik Z, Akyuz A, Alan S. The relationship between serum levels of Zn and Cu and severity of coronary atherosclerosis. Biol Trace Elem Res. 2011 Dec;144(1-3):436-44. doi: 10.1007/s12011-011-9123-9. Epub 2011 Jul 1.
  132. Giannoglou GD, Konstantinou DM, Kovatsi L, Chatzizisis YS, Mikhailidis DP. Association of reduced zinc status with angiographically severe coronary atherosclerosis: a pilot study. Angiology. 2010 Jul;61(5):449-55. doi: 10.1177/0003319710366702. Epub 2010 Jun 7.
  133. Eby GA, Halcomb WW. High-dose zinc to terminate angina pectoris: a review and hypothesis for action by ICAM inhibition. Med Hypotheses. 2006;66(1):169-72. Epub 2005 Aug 5.
  134. Jansen J, Karges W, Rink L. Zinc and diabetes–clinical links and molecular mechanisms. J Nutr Biochem. 2009 Jun;20(6):399-417. doi: 10.1016/j.jnutbio.2009.01.009.
  135. Sprietsma JE, Schuitemaker GE. Diabetes can be prevented by reducing insulin production. Med Hypotheses. 1994 Jan;42(1):15-23.
  136. Islam MR, Arslan I, Attia J, McEvoy M, McElduff P, Basher A, Rahman W, Peel R, Akhter A, Akter S, Vashum KP, Milton AH. Is serum zinc level associated with prediabetes and diabetes?: a cross-sectional study from Bangladesh. PLoS One. 2013 Apr 17;8(4):e61776. doi: 10.1371/journal.pone.0061776. Print 2013.
  137. Marreiro DN, Geloneze B, Tambascia MA, Lerário AC, Halpern A, Cozzolino SM. Role of zinc in insulin resistance. Arq Bras Endocrinol Metabol. 2004 Apr;48(2):234-9. Epub 2004 Jul 7.
  138. Vashum KP, McEvoy M, Shi Z, Milton AH, Islam MR, Sibbritt D, Patterson A, Byles J, Loxton D, Attia J. Is dietary zinc protective for type 2 diabetes? Results from the Australian longitudinal study on women’s health. BMC Endocr Disord. 2013 Oct 4;13:40. doi: 10.1186/1472-6823-13-40.
  139. Sun Q, van Dam RM, Willett WC, Hu FB. Prospective study of zinc intake and risk of type 2 diabetes in women.Diabetes Care. 2009 Apr;32(4):629-34. doi: 10.2337/dc08-1913. Epub 2009 Jan 26.
  140. Ruz M, Carrasco F, Rojas P, Codoceo J, Inostroza J, Basfi-fer K, Valencia A, Vásquez K, Galgani J, Pérez A, López G, Arredondo M, Perez-Bravo F. Zinc as a potential coadjuvant in therapy for type 2 diabetes. Food Nutr Bull. 2013 Jun;34(2):215-21.
  141. Beletate V, El Dib RP, Atallah AN. Zinc supplementation for the prevention of type 2 diabetes mellitus. Cochrane Database Syst Rev. 2007 Jan 24;(1):CD005525.
  142. Jayawardena , Ranasinghe P, Galappatthy P, Malkanthi R, Constantine G, Katulanda P. Effects of zinc supplementation on diabetes mellitus: a systematic review and meta-analysis. Diabetol Metab Syndr. 2012 Apr 19;4(1):13. doi: 10.1186/1758-5996-4-13.
  143. Gupta R, Garg VK, Mathur DK, Goyal RK. Oral zinc therapy in diabetic neuropathy. J Assoc Physicians India. 1998 Nov;46(11):939-42.
  144. Anderson RA, Roussel AM, Zouari N, Mahjoub S, Matheau JM, Kerkeni A. Potential antioxidant effects of zinc and chromium supplementation in people with type 2 diabetes mellitus. J Am Coll Nutr. 2001 Jun;20(3):212-8.
  145. Gunasekara P, Hettiarachchi M, Liyanage C, Lekamwasam S. Effects of zinc and multimineral vitamin supplementation on glycemic and lipid control in adult diabetes. Diabetes Metab Syndr Obes. 2011 Jan 26;4:53-60. doi: 10.2147/DMSO.S16691.
  146. Kwun IS, Cho YE, Lomeda RA, Kwon ST, Kim Y, Beattie JH. Marginal zinc deficiency in rats decreases leptin expression independently of food intake and corticotrophin-releasing hormone in relation to food intake. Br J Nutr. 2007 Sep;98(3):485-9.
  147. Konukoglu D, Turhan MS, Ercan M, Serin O. Relationship between plasma leptin and zinc levels and the effect of insulin and oxidative stress on leptin levels in obese diabetic patients. J Nutr Biochem. 2004 Dec;15(12):757-60.
  148. Mantzoros CS, Prasad AS, Beck FW, Grabowski S, Kaplan J, Adair C, Brewer GJ. Zinc may regulate serum leptin concentrations in humans. J Am Coll Nutr. 1998 Jun;17(3):270-5.
  149. DMAB Dissanayake, PS Wijesinghe, WD Ratnasooriya, S Wimalasena Relationship between seminal plasma zinc and semen quality in a subfertile population. J Hum Reprod Sci. 2010 Sep-Dec; 3(3): 124–128.
  150. Fuse H, Kazama T, Ohta S, Fujiuchi Y. Relationship between zinc concentrations in seminal plasma and various sperm parameters. Int Urol Nephrol. 1999;31(3):401-8.
  151. Colagar AH, Marzony ET, Chaichi MJ. Zinc levels in seminal plasma are associated with sperm quality in fertile and infertile men. Nutr Res. 2009 Feb;29(2):82-8. doi: 10.1016/j.nutres.2008.11.007.
  152. Hunt CD, Johnson PE, Herbel J, Mullen LK. Effects of dietary zinc depletion on seminal volume and zinc loss, serum testosterone concentrations, and sperm morphology in young men. Am J Clin Nutr. 1992 Jul;56(1):148-57.
  153. Bedwal RS, Bahuguna A. Zinc, copper and selenium in reproduction. Experientia. 1994 Jul 15;50(7):626-40.
  154. Netter A, Hartoma R, Nahoul K. Effect of zinc administration on plasma testosterone, dihydrotestosterone, and sperm count. Arch Androl. 1981 Aug;7(1):69-73.
  155. Shabsigh R. Testosterone therapy in erectile dysfunction and hypogonadism. J Sex Med. 2005 Nov;2(6):785-92.
  156. Saad F, Grahl AS, Aversa A, Yassin AA, Kadioglu A, Moncada I, Eardley I. Effects of testosterone on erectile function: implications for the therapy of erectile dysfunction. BJU Int. 2007 May;99(5):988-92. Epub 2007 Feb 19.
  157. Novo S, Iacona R, Bonomo V, Evola V, Corrado E, Di Piazza M, Novo G, Pavone C. Erectile dysfunction is associated with low total serum testosterone levels and impaired flow-mediated vasodilation in intermediate risk men according to the Framingham risk score. Atherosclerosis. 2015 Feb;238(2):415-9. doi: 10.1016/j.atherosclerosis.2014.12.007. Epub 2014 Dec 9.
  158. Maes M, Mihaylova I, De Ruyter M. Lower serum zinc in Chronic Fatigue Syndrome (CFS): relationships to immune dysfunctions and relevance for the oxidative stress status in CFS. J Affect Disord. 2006 Feb;90(2-3):141-7. Epub 2005 Dec 9.
  159. Shaheen E Lakhan, Annette Kirchgessner. Gut inflammation in chronic fatigue syndrome. Nutr Metab (Lond). 2010; 7: 79. Published online 2010 Oct 12. doi: 10.1186/1743-7075-7-79.
  160. Maes M, Leunis JC. Normalization of leaky gut in chronic fatigue syndrome (CFS) is accompanied by a clinical improvement: effects of age, duration of illness and the translocation of LPS from gram-negative bacteria. Neuro Endocrinol Lett. 2008 Dec;29(6):902-10.
  161. Kilic M, Baltaci AK, Gunay M, Gökbel H, Okudan N, Cicioglu I. The effect of exhaustion exercise on thyroid hormones and testosterone levels of elite athletes receiving oral zinc. Neuro Endocrinol Lett. 2006 Feb-Apr;27(1-2):247-52.
  162. Tubek S, Grzanka P, Tubek I. Role of zinc in hemostasis: a review. Biol Trace Elem Res. 2008 Jan;121(1):1-8. Epub 2007 Oct 30.
  163. Hughes S, Samman S. The effect of zinc supplementation in humans on plasma lipids, antioxidant status and thrombogenesis. J Am Coll Nutr. 2006 Aug;25(4):285-91.
  164. Gordon PR, Woodruff CW, Anderson HL, O’Dell BL. Effect of acute zinc deprivation on plasma zinc and platelet aggregation in adult males. Am J Clin Nutr. 1982 Jan;35(1):113-9.
  165. Uriu-Adams JY, Keen CL. Zinc and reproduction: effects of zinc deficiency on prenatal and early postnatal development. Birth Defects Res B Dev Reprod Toxicol. 2010 Aug;89(4):313-25. doi: 10.1002/bdrb.20264.
  166. Keen CL, Uriu-Adams JY, Skalny A, Grabeklis A, Grabeklis S, Green K, Yevtushok L, Wertelecki WW, Chambers CD. The plausibility of maternal nutritional status being a contributing factor to the risk for fetal alcohol spectrum disorders: the potential influence of zinc status as an example. Biofactors. 2010 Mar-Apr;36(2):125-35. doi: 10.1002/biof.89.
  167. Favier AE. The role of zinc in reproduction. Hormonal mechanisms. Biol Trace Elem Res. 1992 Jan-Mar;32:363-82.
  168. Ota E, Mori R, Middleton P, Tobe-Gai R, Mahomed K, Miyazaki C, Bhutta ZA. Zinc supplementation for improving pregnancy and infant outcome. Cochrane Database Syst Rev. 2015 Feb 2;(2):CD000230. doi: 10.1002/14651858.CD000230.pub5.
  169. Keen CL, Uriu-Adams JY, Skalny A, Grabeklis A, Grabeklis S, Green K, Yevtushok L, Wertelecki WW, Chambers CD. The plausibility of maternal nutritional status being a contributing factor to the risk for fetal alcohol spectrum disorders: the potential influence of zinc status as an example. Biofactors. 2010 Mar-Apr;36(2):125-35. doi: 10.1002/biof.89.
  170. Garg HK, Singhal KC, Arshad Z. A study of the effect of oral zinc supplementation during pregnancy on pregnancy outcome. Indian J Physiol Pharmacol. 1993 Oct;37(4):276-84.
  171. Goldenberg RL, Tamura T, Neggers Y, Copper RL, Johnston KE, DuBard MB, Hauth JC. The effect of zinc supplementation on pregnancy outcome. JAMA. 1995 Aug 9;274(6):463-8.
  172. Nawathe AR, Christian M, Kim SH, Johnson M, Savvidou MD, Terzidou V. Insulin-like growth factor axis in pregnancies affected by fetal growth disorders. Clin Epigenetics. 2016 Jan 27;8:11. doi: 10.1186/s13148-016-0178-5. eCollection 2016.
  173. Kashefi F, Khajehei M, Tabatabaeichehr M, Alavinia M, Asili J. Comparison of the effect of ginger and zinc sulfate on primary dysmenorrhea: a placebo-controlled randomized trial. Pain Manag Nurs. 2014 Dec;15(4):826-33. doi: 10.1016/j.pmn.2013.09.001. Epub 2014 Feb 20.
  174. Batool Teimoori, Marzieh Ghasemi, Zeinab Sadat Amir Hoseini, Maryam Razavi. The Efficacy of Zinc Administration in the Treatment of Primary Dysmenorrhea Oman Med J. 2016 Mar; 31(2): 107–111. doi: 10.5001/omj.2016.21
  175. Zekavat OR, Karimi MY, Amanat A, Alipour F. A randomised controlled trial of oral zinc sulphate for primary dysmenorrhoea in adolescent females. Aust N Z J Obstet Gynaecol. 2015 Aug;55(4):369-73. doi: 10.1111/ajo.12367. Epub 2015 Jun 30.
  176. Kelly RW, Abel MH. Copper and zinc inhibit the metabolism of prostaglandin by the human uterus. Biol Reprod. 1983 May;28(4):883-9.
  177. Baptiste CG, Battista MC, Trottier A, Baillargeon JP. Insulin and hyperandrogenism in women with polycystic ovary syndrome. J Steroid Biochem Mol Biol. 2010 Oct;122(1-3):42-52. doi: 10.1016/j.jsbmb.2009.12.010. Epub 2009 Dec 28.
  178. Foroozanfard F, Jamilian M, Jafari Z, Khassaf A, Hosseini A, Khorammian H, Asemi Z. Effects of zinc supplementation on markers of insulin resistance and lipid profiles in women with polycystic ovary syndrome: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Exp Clin Endocrinol Diabetes. 2015 Apr;123(4):215-20. doi: 10.1055/s-0035-1548790. Epub 2015 Apr 13.
  179. Messalli EM, Schettino MT, Mainini G, Ercolano S, Fuschillo G, Falcone F, Esposito E, Di Donna MC, De Franciscis P, Torella M. The possible role of zinc in the etiopathogenesis of endometriosis. Clin Exp Obstet Gynecol. 2014;41(5):541-6.
  180. Liu T, Walker JS, Tracey DJ. Zinc alleviates thermal hyperalgesia due to partial nerve injury. Neuroreport. 1999 Feb 25;10(3):645-9.
  181. Nozaki C, Vergnano AM, Filliol D, Ouagazzal AM, Le Goff A, Carvalho S, Reiss D, Gaveriaux-Ruff C, Neyton J, Paoletti P, Kieffer BL. Zinc alleviates pain through high-affinity binding to the NMDA receptor NR2A subunit. Nat Neurosci. 2011 Jul 3;14(8):1017-22. doi: 10.1038/nn.2844.
  182. Tamba BI, Leon MM, Petreus T. Common trace elements alleviate pain in an experimental mouse model. J Neurosci Res. 2013 Apr;91(4):554-61. doi: 10.1002/jnr.23191. Epub 2013 Jan 30.
  183. Kugelmas M. Preliminary observation: oral zinc sulfate replacement is effective in treating muscle cramps in cirrhotic patients. J Am Coll Nutr. 2000 Feb;19(1):13-5.
  184. Hambidge M. Human zinc deficiency. J Nutr. 2000 May;130(5S Suppl):1344S-9S.
  185. Shatzman AR, Henkin RI. Gustin concentration changes relative to salivary zinc and taste in humans. Proc Natl Acad Sci U S A. 1981 Jun;78(6):3867-71.
  186. Tupe RP, Chiplonkar SA. Zinc supplementation improved cognitive performance and taste acuity in Indian adolescent girls. J Am Coll Nutr. 2009 Aug;28(4):388-96.
  187. Hoeve LJ, Wensink J, Mertens zur Borg IR. Hearing loss related to zinc deficiency in rats. Eur Arch Otorhinolaryngol. 1990;247(5):267-70.
  188. Coelho CB, Tyler R, Hansen M. Zinc as a possible treatment for tinnitus. Prog Brain Res. 2007;166:279-85.
  189. Arda HN, Tuncel U, Akdogan O, Ozluoglu LN. The role of zinc in the treatment of tinnitus. Otol Neurotol. 2003 Jan;24(1):86-9.
  190. Ochi K, Kinoshita H, Kenmochi M, Nishino H, Ohashi T. Zinc deficiency and tinnitus. Auris Nasus Larynx. 2003 Feb;30 Suppl:S25-8.
  191. Yang CH, Ko MT, Peng JP, Hwang CF. Zinc in the treatment of idiopathic sudden sensorineural hearing loss.Laryngoscope. 2011 Mar;121(3):617-21. doi: 10.1002/lary.21291. Epub 2010 Oct 6.
  192. Abba K, Gulani A, Sachdev HS. Zinc supplements for preventing otitis media. Cochrane Database Syst Rev. 2010 Feb 17;(2):CD006639. doi: 10.1002/14651858.CD006639.pub2.
  193. Wickens AP. Ageing and the free radical theory. Respir Physiol. 2001 Nov 15;128(3):379-91.
  194. Romano AD, Serviddio G, de Matthaeis A, Bellanti F, Vendemiale G. Oxidative stress and aging. J Nephrol. 2010 Sep-Oct;23 Suppl 15:S29-36.
  195. Noor R, Mittal S, Iqbal J. Superoxide dismutase–applications and relevance to human diseases. Med Sci Monit. 2002 Sep;8(9):RA210-5.
  196. Candore G, Caruso C, Colonna-Romano G. Inflammation, genetic background and longevity. Biogerontology. 2010 Oct;11(5):565-73. doi: 10.1007/s10522-010-9286-3. Epub 2010 Jun 13.
  197. Prasad AS, Beck FW, Bao B, Fitzgerald JT, Snell DC, Steinberg JD, Cardozo LJ. Zinc supplementation decreases incidence of infections in the elderly: effect of zinc on generation of cytokines and oxidative stress. Am J Clin Nutr. 2007 Mar;85(3):837-44.
  198. Kralik A, Eder K, Kirchgessner M. Influence of zinc and selenium deficiency on parameters relating to thyroid hormone metabolism. Horm Metab Res. 1996 May;28(5):223-6.
  199. Ambooken Betsy, MP Binitha, S Sarita. Zinc Deficiency Associated with Hypothyroidism: An Overlooked Cause of Severe Alopecia Int J Trichology. 2013 Jan-Mar; 5(1): 40–42. doi: 10.4103/0974-7753.114714
  200. Nishiyama S, Futagoishi-Suginohara Y, Matsukura M, Nakamura T, Higashi A, Shinohara M, Matsuda I. Zinc supplementation alters thyroid hormone metabolism in disabled patients with zinc deficiency. J Am Coll Nutr. 1994 Feb;13(1):62-7.
  201. Licastro F, Mocchegiani E, Zannotti M, Arena G, Masi M, Fabris N. Zinc affects the metabolism of thyroid hormones in children with Down’s syndrome: normalization of thyroid stimulating hormone and of reversal triiodothyronine plasmic levels by dietary zinc supplementation. Int J Neurosci. 1992 Jul-Aug;65(1-4):259-68.
  202. Ahmed Ibrahim Amin, Noha Mohamed Hegazy, Khadiga Salah Ibrahim, Heba Mahdy-Abdallah, Hamdy A. A. Hammouda,Eman Essam Shaban. Thyroid Hormone Indices in Computer Workers with Emphasis on the Role of Zinc Supplementation Open Access Maced J Med Sci. 2016 Jun 15; 4(2): 296–301.
  203. Rajesh V. Lalla, B.D.S., Ph.D., C.C.R.P,a Stephen T. Sonis, D.M.D, D.M.Sc.,b and Douglas E. Peterson, D.M.D., Ph.Da Management of Oral Mucositis in Patients with Cancer Dent Clin North Am. 2008 Jan; 52(1): 61–viii.
  204. Arbabi-kalati F, Arbabi-kalati F, Deghatipour M, Ansari Moghadam A. Evaluation of the efficacy of zinc sulfate in the prevention of chemotherapy-induced mucositis: a double-blind randomized clinical trial. Arch Iran Med. 2012 Jul;15(7):413-7. doi: 012157/AIM.008.
  205. Ertekin MV, Koç M, Karslioglu I, Sezen O. Zinc sulfate in the prevention of radiation-induced oropharyngeal mucositis: a prospective, placebo-controlled, randomized study. Int J Radiat Oncol Biol Phys. 2004 Jan 1;58(1):167-74.
  206. Christian K. Roberts, Andrea L. Hevener, R. James Barnard. Metabolic Syndrome and Insulin Resistance: Underlying Causes and Modification by Exercise Training. Compr Physiol. Author manuscript; available in PMC 2014 Aug 12.
  207. Kelishadi R, Hashemipour M, Adeli K, Tavakoli N, Movahedian-Attar A, Shapouri J, Poursafa P, Rouzbahani A. Effect of zinc supplementation on markers of insulin resistance, oxidative stress, and inflammation among prepubescent children with metabolic syndrome. Metab Syndr Relat Disord. 2010 Dec;8(6):505-10. doi: 10.1089/met.2010.0020. Epub 2010 Oct 28.
  208. Olson JH, Erie JC, Bakri SJ. Nutritional supplementation and age-related macular degeneration. Semin Ophthalmol. 2011 May;26(3):131-6. doi: 10.3109/08820538.2011.577131.
  209. Evans JR. Antioxidant vitamin and mineral supplements for age-related macular degeneration. Cochrane Database Syst Rev. 2002;(1):CD000254.
  210. Vishwanathan R, Chung M, Johnson EJ. A systematic review on zinc for the prevention and treatment of age-related macular degeneration. Invest Ophthalmol Vis Sci. 2013 Jun 12;54(6):3985-98. doi: 10.1167/iovs.12-11552.
  211. Daniel Organisciak, Paul Wong, Christine Rapp, Ruth Darrow, Alison Ziesel, Rekha Rangarajan, and John Lang. Light-Induced Retinal Degeneration Is Prevented by Zinc, a Component in the Age-related Eye Disease Study Formulation.Photochem Photobiol. Author manuscript; available in PMC 2015 Aug
  212. Xiao Miao, Weixia Sun, Lining Miao, Yaowen Fu, Yonggang Wang, Guanfang Su, Quan Liu. Zinc and Diabetic Retinopathy. J Diabetes Res. 2013; 2013: 425854. Published online 2013 Mar 17. doi: 10.1155/2013/425854
  213. Christian P, Khatry SK, Yamini S, Stallings R, LeClerq SC, Shrestha SR, Pradhan EK, West KP Jr. Zinc supplementation might potentiate the effect of vitamin A in restoring night vision in pregnant Nepalese women. Am J Clin Nutr. 2001 Jun;73(6):1045-51.
  214. Yamaguchi M, Kura M, Okada S. Role of zinc as an activator of mitochondrial function in rat liver. Biochem Pharmacol. 1982 Apr 1;31(7):1289-93.
  215. Floersheim GL, Floersheim P. Protection against ionising radiation and synergism with thiols by zinc aspartate. Br J Radiol. 1986 Jun;59(702):597-602.
  216. Floersheim GL, Chiodetti N, Bieri A. Differential radioprotection of bone marrow and tumour cells by zinc aspartate.Br J Radiol. 1988 Jun;61(726):501-8.
  217. Dani V, Dhawan DK. Radioprotective role of zinc following single dose radioiodine (131I) exposure to red blood cells of rats. Indian J Med Res. 2005 Oct;122(4):338-42.
  218. Krishnamurthy H, Jagetia GC, Jyothi P. Radioprotective effect of zinc aspartate on mouse spermatogenesis: a flow cytometric evaluation. Mutat Res. 1998 Jun 5;401(1-2):111-20.
  219. Chris Callewaert, Frederiek-Maarten Kerckhof, Michael S. Granitsiotis, Mireille Van Gele, Tom Van de Wiele, Nico Boon. Characterization of Staphylococcus and Corynebacterium Clusters in the Human Axillary Region. PLoS One. 2013; 8(8): e70538.
  220. Poleník P. Zinc in etiology of periodontal disease. Med Hypotheses. 1993 Mar;40(3):182-5.
  221. Harrap GJ, Best JS, Saxton CA. Human oral retention of zinc from mouthwashes containing zinc salts and its relevance to dental plaque control. Arch Oral Biol. 1984;29(2):87-91.
  222. Uçkardeş Y, Tekçiçek M, Ozmert EN, Yurdakök K. The effect of systemic zinc supplementation on oral health in low socioeconomic level children. Turk J Pediatr. 2009 Sep-Oct;51(5):424-8.
  223. Van Biervliet S, Vande Velde S, Van Biervliet JP, Robberecht E. The effect of zinc supplements in cystic fibrosis patients. Ann Nutr Metab. 2008;52(2):152-6. doi: 10.1159/000129650. Epub 2008 Apr 29.
  224. Misbahuddin M, Islam AZ, Khandker S, Ifthaker-Al-Mahmud, Islam N, Anjumanara. Efficacy of spirulina extract plus zinc in patients of chronic arsenic poisoning: a randomized placebo-controlled study. Clin Toxicol (Phila). 2006;44(2):135-41.
  225. Sadlik J, Pach J, Winnik L, Piekoszewski W. Concentration of zinc, copper and magnesium in the serum of drug addicts. Przegl Lek. 2000;57(10):563-4.
  226. Elnimr T, Hashem A, Assar R. Heroin dependence effects on some major and trace elements. Biol Trace Elem Res. 1996 Aug;54(2):153-62.
  227. Ruiz Martínez M, Gil Extremera B, Maldonado Martín A, Cantero-Hinojosa J, Moreno-Abadía V. Trace elements in drug addicts. Klin Wochenschr. 1990 May 17;68(10):507-11.
  228. Ciubotariu D, Nechifor M. Zinc involvements in the brain. Rev Med Chir Soc Med Nat Iasi. 2007 Oct-Dec;111(4):981-5.
  229. Diana Ciubotariu, Cristina Mihaela Ghiciuc, Cătălina Elena Lupușoru. Zinc involvement in opioid addiction and analgesia – should zinc supplementation be recommended for opioid-treated persons? Subst Abuse Treat Prev Policy. 2015; 10: 29. Published online 2015 Aug 4. doi: 10.1186/s13011-015-0025-2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *